Les familles libanaises enterrent leurs morts

Le Liban en deuil enterrait samedi les dizaines de victimes fauchées la veille dans le double attentat à la voiture piégée contre deux mosquées sunnites à Tripoli. Les mesures de sécurité ont été renforcées dans la capitale du nord du pays.

Plusieurs familles ont choisi d'enterrer leurs morts à la hâte, dans la nuit, en raison du mauvais état des corps. Certains étaient carbonisés. Des funérailles ont été organisées dans l'après-midi pour sept des victimes, dont trois enfants d'une même famille.

Durant leur enterrement, des civils ont tiré en l'air, alors que des slogans hostiles au Hezbollah chiite libanais et à son allié, le président syrien Bachar al-Assad, fusaient: "Mort au Hezbollah, Bachar espèce de porc".

Chaussures sur la chaussée

Craignant de nouvelles attaques, l'armée libanaise a multiplié ses patrouilles à Tripoli et des hommes en civil, armés, étaient visibles devant les mosquées. Ils étaient aussi placés près des sièges des partis politiques, des maisons des députés et des dignitaires religieux.

Des soldats à pied et des blindés circulaient dans les rues. Toute voiture suspecte était arrêtée et fouillée. Cette ville portuaire à majorité sunnite semblait paralysée, alors qu'elle grouille de monde d'habitude: rues désertes, peu de circulation et magasins fermés.

Dévastés par la puissance des explosions, les sites des attaques, l'un dans le centre, l'autre près du port, étaient bouclés par l'armée. Les militaires continuaient samedi de dégager les nombreuses carcasses de voitures calcinées. Des chaussures étaient encore éparpillées sur la chaussée.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus