Les islamistes de Boko Haram tuent des musulmans dans une mosquée

Vingt personnes sont mortes dans des heurts entre le groupe islamiste Boko Haram et l'armée dans une ville du nord-est du Nigeria, ont indiqué dimanche des forces armées. Le pays est en proie à une vague de violences depuis 2009. Boko Haram s'est fait connaître notamment en perpétrant une série d'attentats contre des églises.

Selon l'armée, Boko Haram a assiégé une mosquée à Damboa, à 85 km à l'ouest de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno et fief historique du groupe. "Les terroristes (...) ont attaqué des fidèles dans une mosquée et ils ont tué cinq d'entre eux(...)", a-t-elle précisé.

D'après les forces armées, "ils ont aussi mis le feu à la résidence officielle et au palais du chef du district et à plusieurs boutiques". Ensuite, "des soldats de la division 7 s'en sont pris aux terroristes, tuant 15 d'entre eux, alors que d'autres ont fui".

L'armée nigériane gonfle souvent le nombre de morts dans les rangs de Boko Haram et a tendance à minimiser les pertes civiles quand elle communique sur les nombreuses attaques qui ont secoué le Nord depuis le début de l'insurrection islamiste, en 2009.

Etat islamique au Nord

Aussi, le réseau de téléphonie mobile est hors service dans l'Etat de Borno depuis la mi-mai. A cette époque le Nigeria a imposé l'état d'urgence dans le Nord-Est dans le cadre d'une grande offensive destinée à venir à bout de Boko Haram.

La suspension des lignes téléphoniques empêche de vérifier les bilans donnés par l'armée de façon indépendante. L'armée soutient que son offensive dans le Nord-Est a affaibli la secte islamiste, mais les nombreuses attaques, ces dernières semaines, semblent prouver le contraire.

Boko Haram revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, au contraire du sud, majoritairement chrétien.

Les attaques du groupe extrémiste et leur répression sanglante ont fait au moins 3600 morts depuis 2009 selon l'ONG Human Rights Watch. Mais le bilan s'est sans doute déjà alourdi. La semaine dernière, Boko Haram a attaqué un collège et tué fusillé au moins 50 étudiants.

/SERVICE


Actualisé le