Les islamistes radicaux pour une présidentielle anticipée en Egypte

Les radicaux islamistes de la Gamaa Islamiya ont conseillé à Mohamed Morsi d'accepter la tenue d'une présidentielle anticipée en Egypte pour éviter un bain de sang et un coup d'Etat militaire. Ce groupe armé a notament revendiqué l'attentat de Louxor en 1997, qui avait coûté la vie à 36 touristes suisses.

"Un transfert pacifique et constitutionnel (du pouvoir) évitera de faire couler le sang", a déclaré mercredi à Reuters Tarek al Zomor, qui a passé de longues années en prison pour avoir planifié l'assassinat du président Anouar al Sadate en 1981.

Le porte-parole du Parti de la construction et du développement, branche politique de la Gamaa al Islamiya, s'est dit prêt à défendre la Constitution d'inspiration islamiste adoptée en décembre par référendum.

Mais il a estimé que seul un "référendum sur la tenue d'une élection présidentielle anticipée" permettra d'empêcher le coup d'Etat militaire que l'ultimatum lancé par l'armée au président Morsi semble, selon lui, présager.

L'armée a accordé au chef de l'Etat jusqu'à 17h00 (locales et suisses) ce mercredi pour s'entendre avec l'opposition sur un scénario de sortie de crise, sous peine d'appliquer sa propre "feuille de route".

Principal groupe armé islamiste d'Egypte dans les années 1990, la Gamaa Islamiya fut à l'origine d'une vague d'attentats dans cette période avant de renoncer à la violence. En 1997, elle avait revendiqué une attaque sur un site pharaonique de la région de Louxor, qui avait fait 68 morts dont 58 touristes étrangers, parmi lesquels 36 Suisses.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes