Les législatives mobilisent des dizaines de milliers de Hongrois

L'opposition de gauche hongroise a rassemblé dimanche plusieurs dizaines de milliers de personnes à Budapest. Cette manifestation est intervenue au lendemain d'un défilé massif des partisans du Premier ministre conservateur Viktor Orban, dont le parti Fidesz est donné favori pour les législatives du 6 avril.

Créditée de 15 % à 23 % des intentions de vote dans les sondages, l'alliance des partis des anciens chefs de gouvernement Ferenc Gyurcsany (2004-2009) et son successeur, le technocrate Gordon Bajnai (2009-2010) avec le parti socialiste, n'a que peu de chance de mettre fin à la domination du Fidesz. Le parti du chef du gouvernement obtiendrait entre 32 % et 38 % des votes.

Faire peur à Viktor Orban

Mais, selon Gordon Bajnai, "il ne faut pas prêter trop grande importance aux sondages, car ils ne fonctionnent correctement que dans des démocraties". L'ex-Premier ministre a jugé que les élections en Hongrie étaient "encore libres, mais plus démocratiques".

"Il existe un endroit en Hongrie où c'est Orban qui a peur de toi, et non pas le contraire: c'est l'isoloir!", a souligné M. Bajnai pour mobiliser les électeurs.

Dizaines de milliers de manifestants

La foule, estimée à 50'000 personnes selon les organisateurs et plusieurs dizaines de milliers selon la presse hongroise, brandissait, en plus des drapeaux hongrois, de nombreux drapeaux de l'Union européenne.

"Si Orban veut aller à l'Est, qu'il y aille, nous, nous sommes arrivés à l'Ouest en 1989-1990, et nous comptons y rester!", a lancé Ferenc Gyurcsany, dénonçant le rafraîchissement des relations avec l'UE sous Orban, sa politique ayant valu à la Hongrie des critiques de Bruxelles.

Totale liberté

Au total, samedi, plus de 100'000 militants pro-Orban ont soutenu leur dirigeant lors d'une grande manifestation à Budapest, ponctuée par un discours du Premier ministre.

Le parti Fidesz dispose depuis les dernières législatives en 2010 d'une majorité des deux tiers au Parlement, ce qui a permis à Viktor Orban d'agir en toute liberté.

Le gouvernement vante surtout ses résultats économiques, en particulier la réduction des déficits, ainsi qu'une série de populaires baisses des prix de l'énergie pour les particuliers.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes