L'Ukraine a un nouveau ministre des Affaires étrangères

A Kiev, le parlement a approuvé la nomination de Pavlo Klimkine comme ministre des Affaires étrangères. Ils ont aussi accepté d'examiner un projet de loi sur la gestion du gaz. Pendant ce temps les combats continuaient de faire rage dans l'Est du pays.

Ambassadeur en Allemagne, Pavlo Klimkine représentait Kiev jusqu'à présent dans les négociations en cours avec la Russie pour une désescalade, avec la médiation de l'OSCE.

La Russie est "prête à travailler" avec lui, a indiqué le chef adjoint de la diplomatie russe, Grigori Karassine, cité par l'agence Ria Novosti. Il souhaitait "bonne chance" à "l'un des diplomates ukrainiens les plus expérimentés".

Gestion du gaz en question

Les députés ukrainiens ont aussi accepté d'examiner un projet de loi confiant la gestion des infrastructures gazières de l'Ukraine à une coentreprise ouverte aux investisseurs européens ou américains. Le but étant de réduire la dépendance de Kiev vis-à-vis de Moscou tout en garantissant un transit fiable du gaz russe vers l'Europe.

Et les contacts avec l'Europe se renforcent. Le président ukrainien Petro Porochenko a confirmé que son pays signerait comme prévu l'accord d'association et de libre-échange avec l'Union européenne le 27 juin.

De son côté, le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger recevra le ministre ukrainien de l'Energie Iouri Prodan le 24 juin à Bruxelles pour préparer une reprise des négociations avec la Russie en matière de gaz, a annoncé a porte-parole de M. Oettinger.

Environ 4000 combattants

Pendant ce temps, de violents combats ont éclaté dans l'est de l'Ukraine entre forces armées ukrainiennes et séparatistes pro-russes. Les affrontements ont débuté en début de matinée près de la ville de Krasni Liman depuis laquelle les forces gouvernementales s'emploient à resserrer leur étau plus au sud et à l'est.

Environ 4000 combattants séparatistes seraient engagés dans ces combats pour lesquels les deux camps ont mobilisé des véhicules blindés, probablement des chars, précise une source militaire sans que l'information ait pu être confirmée.

Condamnation de l'Otan

Selon le secrétaire général de l'Otan, la Russie a déployé ces derniers jours des milliers de soldats supplémentaires à la frontière orientale de l'Ukraine. Moscou "se ménage l'option d'une intervention plus en profondeur", a estimé Anders Fogh Rasmussen depuis Londres.

Si cela arrive, a-t-il souligné, "la communauté internationale aurait à répondre de manière plus ferme. Cela impliquerait des sanctions renforcées qui auraient un impact négatif sur la Russie", a conclu le secrétaire général de l'Otan.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes