Les taxis londoniens boycottent un ex-ministre, "snob prétentieux"

Les blacks cabs londoniens s'organisaient mercredi pour boycotter un ancien ministre, un "snob prétentieux" coupable à leurs yeux d'avoir abreuvé un des leurs d'insultes. Des injures généreusement étalées dans tous les journaux.

David Mellor a été taxé d'"aristo pompeux" pour avoir parlé sur un ton condescendant et humiliant au chauffeur de taxi qui le reconduisait, lui et sa compagne Lady Cobham, après une réception huppée à Buckingham Palace où elle venait d'être décorée.

Le chauffeur de 38 ans a raconté au "Sun" comment l'ancien ministre a commencé à lui reprocher d'avoir pris le mauvais chemin, en se vantant - affront suprême - de mieux connaître les rues de Londres que lui. Le ton n'arrêtant pas de monter, le chauffeur a enregistré la discussion dont le script fait depuis le miel des tabloïds.

Infidélités

"J'ai fait partie du cabinet, je suis un animateur radio couvert de prix, je suis conseilleur de la reine. Vous pensez vraiment que votre expérience arrive à la hauteur de la mienne", s'énerve dans cet enregistrement David Mellor.

A cette occasion, les médias ne manquent pas de rappeler qu'il a démissionné du gouvernement conservateur de John Major au début des années 90 en raison d'un scandale d'infidélité extra-conjugale.

Les insultes fusent de la bouche de l'ancien député. "Ferme ta gueule", "tu as gâché la journée de ma femme", lance-t-il au chauffeur qu'il qualifie de "petite merde débile et pleine de sueur" ou encore de "petit connard péteux".

Elan de sympathie

"J'ai l'habitude dans mon travail qu'on me parle mal mais je n'ai encore jamais été traité comme ça. Il m'a parlé comme à un citoyen de deuxième classe", a rapporté le chauffeur.

Sa mésaventure a suscité un élan de solidarité parmi ses collègues et lui a valu la sympathie du "Sun". Le tabloïd propose mercredi un autocollant à découper à ses lecteurs chauffeurs de taxi, sur lequel on peut lire: "Strictement interdit dans ce taxi : fumer, boire, manger et... David Mellor", avec la tête de l'ex-ministre barrée d'un gros trait rouge.

Mike Cash, le patron du syndicat RMT, a comparé "la tirade prétentieuse" de M. Mellor au "plebgate", un scandale dans lequel un ex-ministre est accusé d'avoir traité de "sales prolos" des policiers devant le 10, Downing Street.

/ATS


Actualisé le