Afghanistan: Mille soldats supplémentaires pour aider l'Otan

Un millier de soldats américains supplémentaires resteront en Afghanistan l'année prochaine, a indiqué samedi le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel à Kaboul. Ils compenseront un déficit temporaire dans les forces de l'Otan.

Le retard accumulé au cours de l'élection présidentielle contestée l'été dernier a perturbé les prévisions des Etats-Unis et des nations contributrices de l'Otan en termes d'envoi de troupes pour la mission "Soutien résolu" qui commence après 2014, a expliqué M. Hagel. "Par conséquent, le président Obama a donné aux responsables militaires américains les moyens de faire face à des insuffisances temporaires de forces", a dit M. Hagel.

Le secrétaire à la défense a ajouté que cela ne changeait pas la mission des troupes en 2015, qui sera d'entraîner l'armée afghane. Et cela ne changera pas non plus les prévisions de retrait total d'ici à fin 2016.

Fin de mission au 31 décembre

La fin de la mission de combat de l'Alliance atlantique en Afghanistan, assurée en majorité par des soldats américains, est prévue pour le 31 décembre.

Environ 12'500 soldats, dont 9800 Américains, resteront sur place avec pour objectif d'assister et de former l'armée afghane. L'Afghanistan a compté jusqu'à 130'000 soldats de l'Otan en 2010 au plus fort de l'engagement de la coalition internationale.

Dernière visite

Il s'agissait de la dernière visite en Afghanistan de Chuck Hagel, dont le départ a été annoncé le 25 novembre dernier par le président Barack Obama.

Au cours de ce déplacement surprise, M. Hagel rencontrera le président afghan Ashraf Ghani et son chef de l'exécutif Abdullah Abdullah, ainsi que son homologue afghan et le général John Campbell, commandant des troupes de l'Otan en Afghanistan.

Le secrétaire à la Défense a dit aux journalistes qui l'accompagnent, avant l'atterrissage à Kaboul, que l'Afghanistan avait fait un "long chemin" au cours de la dernière décennie et que les nouveaux dirigeants du pays et l'armée étaient prêts à reprendre les rênes après le départ des troupes de l'Otan. Selon M. Hagel, qui reconnaît que les insurgés talibans vont continuer à poser problème, le pays a pris la bonne direction.

/ATS


Actualisé le