La Crimée a plébiscité à 93% le rattachement à la Russie (sondage)

Les habitants de Crimée ont plébiscité dimanche le rattachement à la Russie. Selon un sondage à la sortie des urnes, ils ont été 93% à voter dans ce sens. Les électeurs russophones ont afflué aux urnes, alors que les Tatars de Crimée ont boycotté la consultation.

Le référendum s'est déroulé alors que la Russie a mis son veto à l'ONU à une résolution occidentale invalidant par avance le vote.

"La Russie respectera le choix des habitants de la Crimée", a assuré le président Vladimir Poutine lors d'un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel. Il a réaffirmé que le référendum respectait totalement le droit international.

Dans la capitale Simféropol, l'annonce lumineuse "Nous sommes en Russie" était déjà projetée avant la clôture des bureaux de votes sur un bâtiment officiel, alors que le drapeau tricolore de la Russie flottait déjà à Sébastopol.

"Réponse" occidentale attendue

La question posée donnait le choix au million et demi d'électeurs criméens entre "la réunification avec la Russie comme membre de la Fédération de Russie" ou le retour à un statut, datant de 1992 et jamais appliqué, d'autonomie élargie vis-à-vis de Kiev. L'option consistant à maintenir le statut existant - une république autonome intégrée à l'Ukraine - n'était pas proposée.

L'Union européenne a répété dimanche qu'elle juge ce référendum "illégal". Dénonçant une situation "extrêmement dangereuse", le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a promis une "réponse" lundi de la part de l'UE. Son homologue américain John Kerry a lui aussi averti "qu'il y aura des sanctions".

Intervention russe hors de Crimée

Sur le terrain, les autorités de Kiev ont accusé samedi la Russie d'avoir envahi militairement son territoire en déployant 80 soldats, des hélicoptères et des véhicules blindés dans un village situé au-delà de la frontière administrative entre la Crimée et l'Ukraine. Une intervention également critiquée par Angela Merkel.

Cependant le ministre ukrainien de la Défense Igor Tenioukh a annoncé une brève trêve sur le terrain: les commandants des forces russes et ukrainiennes se sont mis d'accord pour que les bases ukrainiennes ne soient plus bloquées jusqu'à vendredi (date du vote par la Douma d'un projet de loi sur le rattachement de la Crimée).

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus