Mohamed Morsi propose d'amender la Constitution égyptienne

Mohamed Morsi a tendu la main mercredi soir à ses adversaires politiques. Le président égyptien propose la formation d'une commission qui regrouperait l'ensemble de la classe politique et aurait pour mission d'amender la nouvelle constitution controversée.

A quelques jours de grandes manifestations de l'opposition annoncées pour dimanche 30 juin, jour du premier anniversaire de sa prise de fonction, le président Morsi a estimé que l'affrontement politique actuel menaçait la démocratie et risquait de plonger l'Egypte dans le chaos.

A la fin d'un discours télévisé de plus de deux heures et demie, il a cependant tendu un rameau d'olivier à l'opposition et parlé de "réconciliation nationale".

Il a ainsi déclaré qu'il invitait les chefs des partis politiques, ce jeudi, à choisir le président d'une commission ouverte à toutes les formations, chargée de mettre au point des amendements à la loi fondamentale. La nouvelle Constitution a été adoptée par référendum en décembre dernier, avec le soutien des islamistes, mais nombreux sont ceux qui la jugent tendancieuse et hostile à l'opposition.

Début du dialogue

"Je dis à l'opposition: la voie du changement est claire. Nos mains sont tendues, le dialogue commence toute de suite", a déclaré le président Morsi.

"La polarisation politique et les conflits ont atteint un stade qui menace notre expérience démocratique naissante et qui menace d'entraîner l'ensemble de la nation dans un état de paralysie et de chaos", avait-il estimé au début de son intervention, devant un parterre de dirigeants et de partisans.

Le président égyptien a reconnu avoir commis des erreurs, mais a également accusé sans les nommer des "ennemis de l'Egypte" coupables à ses yeux de vouloir saboter le système démocratique issu de la révolution de 2011.

La tension est d'ores et déjà très vive dans le pays. Quelques heures avant l'intervention du président égyptien, des centaines de partisans et d'opposants à Mohamed Morsi se sont affrontés à coups de pierres à Mansoura, dans le delta du Nil, faisant deux morts et de 90 à quelque 200 blessés, selon les sources.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes