Moscou promet de ne pas envahir l'Ukraine - la Russie sanctionnée

La Russie, accusée par les Occidentaux de jeter de l'huile sur le feu en Ukraine, a promis lundi soir aux Etats-Unis de ne pas envahir son voisin, quelques heures après une nouvelle série de sanctions prises à son encontre elle. Elle a appelé Washington à modérer sa "rhétorique".

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a "démenti catégoriquement les affirmations sur la présence de groupes russes de sabotage dans le Sud-Est de l'Ukraine", au cours d'un entretien téléphonique, lundi soir, avec son homologue américain Chuck Hagel. Il a souligné que les troupes russes participant à des "manoeuvres" étaient rentrées dans leurs casernes.

"La Russie a été contrainte de lancer des manoeuvres d'envergure près de la frontière avec l'Ukraine face à la perspective d'une action militaire (ukrainienne) contre les civils. (...) Dès que les autorités ukrainiennes ont déclaré qu'elles n'allaient pas utiliser les unités militaires régulières contre la population non armée, les troupes russes sont rentrées dans leurs casernes", a expliqué M. Choïgou.

Le secrétaire américain à la Défense lui a répondu que la situation était "dangereuse". Il a, à nouveau, appelé la Russie à "mettre un terme à son influence déstabilisatrice en Ukraine".

Des violences en Ukraine

La journée de lundi avait été marquée par des violences dans plusieurs villes de l'Est ukrainien. Des militants prorusses se sont emparés de la mairie de la ville de Kostiantynivka. A Donetsk, ils ont attaqué une marche pro-Kiev, faisant une quinzaine de blessés.

Le maire de Kharkiv, ville de 1,4 million d'habitants, Guennadi Kernes, a par ailleurs été grièvement blessé par balles, au risque de faire dégénérer la situation dans cette région industrielle russophone.

Sur le front international, Américains et Européens ont dévoilé les nouvelles sanctions censées convaincre Moscou de ne pas déstabiliser davantage la situation. Côté américain, sept responsables russes et 17 sociétés, jugés proches du président Vladimir Poutine, vont se voir imposer des sanctions.

Washington va également revoir les conditions d'autorisation à l'exportation en Russie de certains équipements de haute technologie, qui pourraient avoir un usage militaire, a indiqué la Maison blanche.

L'Union européenne va, elle, ajouter quinze noms à la liste des personnes sanctionnées, selon des sources diplomatiques. Les mesures entreront en vigueur à la publication du journal officiel de l'UE, qui devrait dévoiler ces noms probablement mardi matin.

/ATS


Actualisé le