Municipales: le gouvernement sanctionné dans les grandes villes

Les partis de la coalition gouvernementale de droite au Portugal étaient en net recul dimanche dans les principales villes du pays lors des élections municipales, selon des sondages à la sortie des urnes. L'opposition socialiste est parvenue à conserver la capitale Lisbonne.

Le maire socialiste sortant de Lisbonne, Antonio Costa, a été réélu pour un troisième mandat avec une large avance sur le candidat soutenu par la coalition gouvernementale, Fernando Seara. M. Costa, 52 ans, a obtenu entre 51 et 55% des voix contre 21 à 24% à M. Seara, selon l'enquête réalisée par l'Université catholique pour la télévision publique RTP.

Le Parti social démocrate (PSD, centre droit) du Premier ministre Pedro Passos Coelho a en outre perdu le contrôle de Porto, la grande ville du nord du pays. Le candidat indépendant Rui Moreira y a créé la surprise en s'imposant devant le candidat PSD Luis Filipe Menezes et le socialiste Manuel Pizarro.

M. Moreira, qui a bénéficié du soutien du CDS (conservateur), membre de la coalition au pouvoir depuis 2011, a obtenu entre 36 et 40% des voix contre 22 à 25% à M. Menezes et 21 à 24% à M. Pizarro.

Ces tendances ont été également confirmées par des sondages de la chaîne de télévision privée SIC. Les médias n'ont divulgué aucune estimation des résultats au plan national.

Nombre record de candidats indépendants

Le scrutin était marqué par un nombre record de candidats indépendants: ils étaient 80 en lice, contre 54 lors des précédentes municipales, en 2009.

"On pourrait enregistrer un nombre record autour d'un million de voix pour des candidats indépendants, ce qui enverrait un sérieux avertissement au système politique et pourrait modifier les alternances politiques classiques", note le politologue Adelino Maltez, de l'université technique de Lisbonne.

Alors que le pays est en récession depuis deux ans et demi et que le chômage frappe 17% de la population active, le gouvernement portugais a mis en oeuvre de très importantes coupes dans les dépenses publiques et hausses d'impôts.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes