Netanyahu met en garde Obama sur l'Iran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a mis en garde à la Maison Blanche le président américain contre les risques d'un accord avec Téhéran, qui placerait l'Iran "au seuil de la puissance nucléaire". De son côté, Barack Obama s'est montré soucieux de la poursuite de la colonisation à Jérusalem-est.

"L'Iran cherche un accord qui entraînerait la levée des sanctions mises en place grâce à vos efforts et le placerait au seuil de la puissance nucléaire", a déclaré M. Netanyahu. "J'espère ardemment que cela n'arrivera pas", a ajouté le Premier ministre israélien lors d'une rencontre avec M. Obama dans le Bureau ovale.

L'Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine et Allemagne) se sont donné jusqu'au 24 novembre pour parvenir à un accord définitif. Celui-ci garantirait le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions internationales contre Téhéran.

La capacité d'enrichissement d'uranium de l'Iran est au coeur des négociations. L'uranium faiblement enrichi alimente des centrales électriques, mais enrichi à un niveau élevé, il peut servir à fabriquer une bombe.

Lundi, à la tribune de l'ONU, M. Netanyahu avait déjà mis en garde contre la conclusion d'un accord avec Téhéran. Les capacités nucléaires de l'Iran "doivent être totalement démantelées", avait-il lancé.

Feu vert

M. Obama a de son côté fait part au Premier ministre israélien de sa vive préoccupation après le feu vert donné à la construction de 2610 nouveaux logements à Jérusalem-est occupée et annexée. "Les Etats-Unis sont très préoccupés" par ces informations, a déclaré Josh Earnest, porte-parole de l'exécutif américain, précisant que M. Obama avait soulevé cette question devant M. Netanyahu.

"S'ils menaient à bien les constructions dans cette zone, cela enverrait un message très troublant", a ajouté M. Earnest.

La municipalité israélienne de Jérusalem avait approuvé ce projet en décembre 2012, mais il était resté en suspens depuis. Le plan de construction a reçu un accord final la semaine passée avec la publication légale du projet dans la presse, a rapporté l'organisation anti-colonisation "La Paix maintenant".

La poursuite de la colonisation dans les territoires occupés ou annexés par Israël depuis 1967 est perçue comme une entrave majeure aux efforts déployés depuis des décennies pour résoudre le conflit israélo-palestinien. Israël considère Jérusalem comme sa capitale "unifiée et indivisible".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes