Nouvelle réunion sur les traitements expérimentaux anti-Ebola

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a un besoin immédiat de 85 millions de dollars (78 millions de francs) pour une aide alimentaire aux victimes de la fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l'Ouest. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a pour sa part annoncé une nouvelle réunion sur les traitements expérimentaux.

"Il nous faut cet argent de toute urgence. L'aspect alimentaire est vital", a déclaré la porte-parole du PAM à Genève Elisabeth Byrs. "Les marchés sont perturbés par l'épidémie et il faut nourrir les personnes sous traitement", a expliqué Mme Byrs.

L'agence de l'ONU a lancé une opération pour atteindre 1,3 million de personnes qui se trouvent dans les centres de santé, en quarantaine, ainsi que leurs familles et les habitants des zones isolées en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Le PAM gère aussi le service aérien humanitaire de l'ONU. Depuis le 16 août, un avion de 19 places fait des rotations entre Conakry, Freetown et Monrovia pour acheminer du personnel et du matériel. Un hélicoptère a aussi été mis à disposition.

Pénuries alimentaires

Le manque de main-d'oeuvre, l'interruption du commerce transfrontalier et des pénuries dues à l'épidémie de fièvre Ebola en Afrique de l'Ouest suscitent de "fortes inquiétudes sur la sécurité alimentaire" dans les pays les plus touchés, ont indiqué par ailleurs les Nations unies.

En Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les zones de quarantaine et les restrictions aux déplacements des personnes "ont sérieusement limité le mouvement et la commercialisation des aliments. Cette situation a engendré des achats dictés par la panique, des pénuries alimentaires et de fortes flambées des prix pour certaines denrées, en particulier dans les centres urbains", prévient l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) dans un communiqué.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé la tenue d'une seconde réunion sur les traitements expérimentaux contre la fièvre Ebola, jeudi 4 et vendredi 5 septembre à Genève. Plus de 150 experts discuteront de l'état d'avancement des recherches, de recommandations éthiques et feront des propositions aux Etats.

/ATS


Actualisé le