Noyade de migrants: "C'est affreux, c'est comme un cimetière"

Le bilan du naufrage de l'embarcation de migrants jeudi à Lampedusa s'élève à plus de 130 morts, a indiqué l'agence Ansa, citant des sources des garde-côtes. Au moins 40 cadavres ont été découverts par des plongeurs dans et autour de l'embarcation qui gît retournée à une quarantaine de mètres de profondeur, à environ 500 mètres de la côte.

"C'est affreux, c'est comme un cimetière, on ramène toujours de nouveaux corps", a déclaré la maire de Lampedusa, Giusy Nicolini. Le nombre de victimes, alignées sur le port, augmente au fur et à mesure des opérations de sauvetage, a-t-elle déclaré. D'après les garde-côtes, il semblerait que le bateau transportait entre 400 et 500 clandestins lorsqu'il a coulé. Jusqu'ici, 151 ont pu être sauvés.

Les Nations unies ont indiqué que les passagers venaient vraisemblablement d'Erythrée, via la Libye, alors que le responsable de l'assistance sanitaire à Lampedusa a affirmé que les migrants seraient pour la plupart originaires de Somalie.

L'alerte a été donnée vers 07h20 par un bateau de pêche, dont l'équipage s'est porté au secours des naufragés avant l'arrivée des navires des garde-côtes. Des rescapés sur place ont dit être partis deux jours plus tôt de Misrata (Libye) et que des bateaux de pêche "les ont vus mais ne leur ont pas porté secours".

Arrestation de l'un des passeurs

Selon les enquêteurs, les passagers du navire ont mis le feu à des couvertures pour signaler leur présence à des navires marchands. En raison du carburant, le navire a pris feu et coulé à un kilomètre de cette île située à 120 kilomètres des côtes tunisiennes.

Intense activité politique suspendue

Qualifiant le drame "d'immense tragédie", le chef du gouvernement Enrico Letta a annoncé que son vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur Angelino Alfano devait se rendre sur place très vite. Les activités politiques ont été suspendues.

Plusieurs hommes politiques italiens ont demandé à l'Europe de faire davantage. Le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés Antonio Guterres a salué "l'action rapide des garde-côtes italiens pour sauver des vies".

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes