Nucléaire iranien: les discussions à Vienne s'achèvent sans avancée

La quatrième session de négociations entre les "5+1" (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni) et l'Iran sur les limites du programme nucléaire de Téhéran a pris fin vendredi sans avancée majeure. Les participants ont promis de poursuivre le dialogue.

L'Iran et les grandes puissances n'ont pas commencé comme il était prévu à rédiger un accord final, qui pourrait mettre fin à plus d'une décennie de controverse sur le programme nucléaire de Téhéran.

"Les divergences étaient trop grandes pour commencer à rédiger un texte d'accord", a déclaré à la télévision publique iranienne le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Aragchi, qui a aussi relevé l'absence de progrès tangibles. "Des divergences énormes subsistent, il faut davantage de réalisme" de la part des Iraniens, a estimé un diplomate occidental.

Contrairement aux trois réunions précédentes, jugées fructueuses, cette session s'est achevée sans conférence de presse commune avec Mme Ashton et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, renforçant l'impression que les avancées n'ont pas été significatives.

Au troisième jour de négociations à Vienne, des dissonances ont commencé à se faire jour et les Etats-Unis avaient fait part de leur inquiétude quant à l'absence de progrès dans les négociations.

"Des divergences importantes subsistent entre les positions des deux parties. Nous sommes inquiets qu'aucun progrès ne soit réalisé, et le temps est compté", a déclaré un diplomate américain sous couvert de l'anonymat.

Demandes "excessives"

"'L'Occident doit renoncer à ses demandes excessives et avoir une évaluation précise de la réalité", avait de son côté déclaré un responsable proche de la délégation iranienne à l'agence de presse officielle Irna.

"Nous avions attendu que les Occidentaux deviennent plus réalistes, mais il semble que cela ne soit pas encore le cas", a ajouté cette source.

Si les parties n'ont pas donné de date pour leur prochaine rencontre, contrairement aux réunions précédentes, elles ont dit vouloir poursuivre le dialogue.

/ATS


Actualisé le