Portugal: pompiers à pied d'oeuvre malgré une accalmie des feux

Le Portugal connaissait samedi une accalmie sur le front des incendies, combattus par quelque 400 pompiers. Les secours restaient toutefois fortement mobilisés pour éviter de nouvelles reprises de feux, a indiqué la protection civile.

Les secours portugais étaient appuyés par trois Canadair français. La Croatie a annoncé l'envoi de deux Canadair, tandis que les trois appareils espagnols, dépêchés la veille à la demande du Portugal, sont retournés en Espagne.

La situation s'est apaisée vendredi soir après que l'important foyer de la chaîne de montagnes de Caramulo, dans le centre du pays, a été déclaré maîtrisé. Le feu de forêt, qui a fait rage pendant trois jours, avait mobilisé vendredi plus de 800 combattants du feu, aidés de neuf avions et hélicoptères.

Les incendies de Caramulo ont coûté la vie à trois pompiers sur les cinq tués en août dans les feux de forêt.

Vastes forêts dévastées

Des pompiers et des militaires restaient toutefois mobilisés samedi, parcourant les vastes étendues de forêts de pins calcinés. Ils participaient à des opérations de surveillance et de déblaiement afin de prévenir des reprises de feu et étouffer des braises encore mal éteintes.

Cette chaîne de montagnes, surnommée le "poumon du Portugal", était réputée pour ses sanatoriums recherchés par des personnes souffrant de maladies respiratoires. "Caramulo était le seul endroit du pays où l'on pouvait respirer de l'air pur. A présent tout est contaminé", soupire un habitant d'un petit village au coeur de cette région, cité par le quotidien "Publico".

Un homme de 20 ans, soupçonné d'être à l'origine de l'incendie de Caramulo, a été interpellé vendredi par la police judiciaire. Au total, 52 incendiaires présumés ont été arrêtés cette année.

Malgré cette accalmie, les prévisions météorologiques restent défavorables pour les prochains jours, avec des températures élevées, un faible taux d'humidité de l'air et des vents forts. "Nous sommes conscients que les risques d'incendies restent élevés", a affirmé le responsable de la protection civile.

/SERVICE


Actualisé le