Présidentielle afghane: Abdullah revendique la victoire

Abdullah Abdullah, candidat à l'élection présidentielle en Afghanistan, a affirmé qu'il était le vainqueur de ce scrutin, alors que la commission électorale a donné lundi plus de 56% des suffrages à son rival Ashraf Ghani. Les observateurs redoutent que le contentieux entre les deux candidats plonge le pays dans le chaos.

Les affirmations de M. Abdullah viennent en effet contredire les résultats préliminaires publiés lundi par la commission électorale indépendante. Ceux-ci donnent plus de 56% des suffrages à son rival Ashraf Ghani lors du vote du 14 juin.

L'équipe d'Abdullah Abdullah, qui ne cesse de dénoncer des bourrages d'urnes en faveur d'Ashraf Ghani, avait aussitôt dénoncé un "coup d'Etat" contre le peuple fomenté par la commission électorale. De son côté M. Ghani a revendiqué une victoire "dans les règles".

Déjà en 2009

M. Abdullah accuse notamment le président sortant Hamid Karzaï, qui a accepté de céder la place après douze années de pouvoir, d'avoir contribué à la fraude en faveur de M. Ghani, ancien économiste de la Banque mondiale. Les résultats définitifs de l'élection doivent être connus le 22 juillet.

A la dernière présidentielle, en 2009, M. Abdullah avait jeté l'éponge avant le second tour en dénonçant déjà des fraudes massives en faveur d'Hamid Karzaï, qui fut ainsi automatiquement réélu. Il semble cette fois décidé à ne pas laisser la victoire à son adversaire.

Pays divisé

Les observateurs redoutent que le contentieux entre Abdullah et Ghani plonge l'Afghanistan dans le chaos politique en laissant le pays déjà largement divisé sur le plan ethnique sans dirigeant clairement reconnu.

M. Abdullah est principalement soutenu par la minorité tadjike installée dans le nord de l'Afghanistan. M. Ghani est lui soutenu par les tribus pachtounes principalement implantées dans le sud et dans l'est du pays.

Les partisans d'Abdullah Abdullah se sont rassemblés sous une toile de tente géante dans le centre de Kaboul et ont scandé des slogans "mort à Karzaï" avant de déchirer un portrait du chef de l'Etat.

Quatre soldats tués

Par ailleurs, les attaques envers les forces de l'OTAN se poursuivent dans ce contexte tendu. Dans la journée, quatre soldats tchèques ont été tués dans une attaque menée dans la province de Parwan dans l'est du pays.

L'attentat aurait été commis par un kamikaze circulant à vélo qui a fait sauter la ceinture d'explosifs qu'il portait sur lui. Les taliban ont revendiqué la responsabilité de cette attaque.

/ATS


Actualisé le