Prothèses PIP: l'accusé dit qu'il n'a "pas fait prendre de risques"

Le fondateur de la société de prothèses mammaires PIP, Jean-Claude Maas, a été entendu vendredi à Marseille pour la première fois au cours du procès pour tromperie aggravée et escroquerie contre cinq de ses dirigeants. Il a affirmé qu'il n'avait "pas fait prendre de risques" aux femmes.Le septuagénaire n'a pas hésité à affirmer que son "gel maison" était même supérieur, dans certains domaines, au gel homologué Nusil. M. Mas est jugé avec quatre ex-cadres pour avoir, dans les années 2000, rempli les prothèses d'un gel de silicone "maison" non autorisé. Ils risquent jusqu'à cinq ans de prison. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus