Pyongyang expose sa puissance de feu dans un défilé militaire géant

Soixante ans jour pour jour après la fin de la guerre de Corée, le régime nord-coréen a fait une démonstration de sa puissance de feu et de la ferveur patriotique de son peuple en organisant une parade militaire grandiose. A Séoul, les commémorations ont été beaucoup plus discrètes.

Deux heures durant, des vagues de militaires marchant au pas de l'oie ont déferlé sur l'immense place Kim Il-Sung, à Pyongyang. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a assisté au côté du vice-président chinois Li Yuanchao au passage des colonnes de chars et de missiles, dans une chorégraphie censée témoigner de l'unité du peuple autour de son jeune chef.

L'arsenal exhibé incluait les missiles Musudan de moyenne portée, mais aussi ce qui semble être un missile à longue portée KN08. Les lanceurs de ce type présentés lors de précédents défilés ont été qualifiés de vulgaires copies par les experts étrangers. Peu d'entre eux pensent que Pyongyang possède des engins intercontinentaux.

"Un environnement pacifique"

L'arrivée de M. Kim a été célébrée par un feu d'artifice, un lâcher de ballons et les vivats de la foule. Il a salué la parade depuis la tribune officielle surplombant la place noyée dans une mer de couleurs. Des centaines de milliers d'hommes et de femmes agitaient drapeaux et fleurs rouges, roses, blanches et bleues.

Dans un discours alternant le chaud et le froid, Choe Ryong-Hae, le plus haut gradé de l'armée nord-coréenne après Kim, a exalté "la supériorité d'esprit" des Nord-Coréens ayant permis, selon lui, de défaire l'ennemi américain. Mais il a également déclaré que le Nord souhaitait voir s'installer "un environnement pacifique" à ses portes.

Appel du Sud

Les cérémonies ont été nettement plus discrètes à Séoul. La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a renouvelé son appel à la Corée du Nord à renoncer à ses ambitions nucléaires. "Si le Nord fait le bon choix, nous développerons nos échanges et notre coopération et ouvrirons la voie de la prospérité du Nord et du Sud", a-t-elle dit.

L'armistice du 27 juillet 1953 a mis fin à trois années de guerre entre un Nord communiste allié à Pékin et Moscou, et un Sud capitaliste allié à Washington.

/SERVICE


Actualisé le