Quarante-deux pro-Morsi tués, les Frères appellent à un soulèvement

Les Frères musulmans égyptiens ont appelé lundi à un "soulèvement" après des tirs de l'armée qui ont tué selon eux au moins 42 manifestants au Caire, et qui menacent les difficiles tractations en vue d'un gouvernement de transition. Peu après l'appel, le QG des Frères a été fermé en raison de la "découverte d'armes", selon l'armée.

Le parti de la justice et de la liberté (PLJ), vitrine politique de la confrérie, a appelé dans une déclaration écrite au "soulèvement du grand peuple d'Egypte contre ceux qui sont en train d'essayer de lui voler sa révolution avec des chars".

Le PLJ a aussi pressé "la communauté internationale, les groupes internationaux et tous les hommes libres du monde d'intervenir pour empêcher d'autres massacres (...)".

Peu après, le siège du PLJ a été fermé sur décision des autorités égyptiennes après la découverte d'armes, a indiqué un haut responsable de sécurité. La police a trouvé "des liquides inflammables, des couteaux et des armes" dans les locaux du PLJ, a précisé cette source.

Partisans de Morsi en prière

Lundi à l'aube, la foule des partisans du président destitué Mohamed Morsi était en train de prier devant le site de la Garde républicaine quand des soldats et des policiers ont ouvert le feu, ont rapporté les Frères musulmans dans un communiqué.

Des manifestants ont fait état de tirs à balles réelles et de grenades lacrymogènes, dans des circonstances qui restent confuses.

L'armée a expliqué que des "terroristes armés" avaient attaqué le siège de la Garde républicaine, provoquant la mort d'un officier et blessant plusieurs conscrits, dont six se trouvaient dans un état critique, selon un communiqué militaire.

Al-Nour se retire des négociations

Dénonçant un "massacre", le principal parti salafiste, al-Nour, a annoncé son retrait des discussions sur le choix d'un premier ministre et d'un gouvernement de transition. Al-Nour était un partenaire islamiste de la coalition majoritairement laïque qui soutient le renversement de M. Morsi, issu des Frères musulmans, déposé mercredi par l'armée.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus