Quinze morts dans l'attaque d'un complexe de l'ONU à Mogadiscio

Les insurgés islamistes somaliens shebab ont attaqué mercredi le principal complexe des Nations Unies à Mogadiscio. Au moins quinze personnes ont été tués dans cette spectaculaire attaque, selon le gouvernement somalien.

Les victimes sont quatre agents de sécurité étrangers, quatre gardes somaliens et sept assaillants, a déclaré à des journalistes le ministre somalien de l'intérieur Abdikarim Hussein Guled.

Un responsable de la police somalienne, Abdulahi Osman, a de son côté précisé qu'au moins trois civils somaliens avaient également été tués dans les rues alentour, pris dans les échanges de tirs entre les forces somaliennes et de l'Union africaine (Amisom) et les assaillants.

L'attaque a visé le siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), situé à quelques centaines de mètres de l'aéroport international de Mogadiscio, une zone hautement sécurisée de la capitale somalienne.

Revendiqué par les shebab

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est dit "choqué" par cette attaque, revendiquée par les miliciens islamistes shebab et menée selon eux par "les moujahidine de la Brigade du Martyr".

"Nos commandos ont attaqué le complexe de l'ONU (...) Nous avons déclenché une explosion et sommes entrés dans le complexe, où nous affrontons actuellement les forces infidèles", avait déclaré à la mi-journée à l'AFP un haut responsable shebab, ayant requis l'anonymat.

"Opération complexe"

La Mission de l'ONU en Somalie (Unisom) a confirmé sur Twitter que sa principale enceinte faisait l'objet d'une "attaque complexe". Ce terme est utilisé pour désigner des actions, souvent suicides, menées par des insurgés impliquant l'utilisation combinée de fantassins, de kamikazes et de véhicules piégés.

Selon une source onusienne à Nairobi, "une voiture piégée a explosé vers 11h40 (08h40 suisses) devant la porte d'entrée" du complexe, puis un kamikaze a déclenché sa ceinture d'explosif. Un nombre indéterminé d'assaillants sont parvenus à pénétrer dans l'enceinte onusienne, mais l'opération a pris fin vers 13h15, après une heure et demie de combats.

"La situation est désormais sous contrôle. Les forces de sécurité somaliennes, épaulées par les troupes de l'Amisom, ont pris possession des bâtiments (onusiens) et éliminé les assaillants", a déclaré à l'AFP le responsable de la police.

/SERVICE


Actualisé le