Ukraine: nouvelles sanctions européennes, expulsions de diplomates

Les Européens ont décidé lundi d'élargir la liste des personnes sanctionnées pour leur implication dans le conflit en Ukraine. Au même moment, la Russie et la Pologne expulsaient un certain nombre de diplomates.

Les ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont débattu de leur "stratégie" dans le conflit entre Moscou et Kiev. Ils ont demandé au service diplomatique de l'UE de "proposer de nouvelles inscriptions sur la liste, en visant des séparatistes". Une décision doit être prise "d'ici la fin du mois", a indiqué une source européenne.

La nouvelle liste ne devrait donc pas comprendre des responsables russes. A ce jour, 119 personnes, des séparatistes mais aussi des Russes sont visées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de visa pour l'UE.

Appel à la fermeté

Présent à Bruxelles, le chef de la diplomatie ukrainienne Pavlo Klimkine avait auparavant appelé l'UE à se montrer ferme.

Il a ajouté que Kiev espérait participer à une rencontre de haut niveau avec la Russie "cette semaine" sous l'égide de l'UE pour faire revivre le cessez-le-feu conclu le 5 septembre à Minsk.

Cette réunion des Vingt-Huit a lieu au lendemain d'un G20 où les Occidentaux ont durement critiqué le président russe Vladimir Poutine.

Expulsions croisées

Accentuant ce sentiment de nouvelle guerre froide, Moscou et Varsovie ont annoncé l'expulsion pour espionnage de diplomates.

Moscou a aussi confirmé l'expulsion d'un diplomate allemand en réponse à des "actes inamicaux" de Berlin, a rapporté l'agence Ria Novosti. "Qui aurait cru que 25 ans après la fin de la guerre froide, après la fin de la division de l'Europe (...) une telle chose pouvait se passer au coeur même de l'Europe", a lancé Angela Merkel, se disant "convaincue" que le Kremlin "ne l'emportera pas".

Nouveaux combats

Depuis quelques semaines, les combats ont redoublé d'intensité dans l'Est séparatiste. Des explosions et des tirs d'artillerie ont ainsi à nouveau été entendus lundi à l'aéroport de Donetsk.

Kiev accuse la Russie d'envoyer des troupes de combat et du matériel militaire en renfort aux rebelles, ce que l'Otan et l'OSCE ont confirmé, mais que Moscou nie catégoriquement. Selon Vladimir Poutine, les rebelles se procurent des armes par eux-mêmes.

/ATS


Actualisé le