Soudan du Sud: quatre soldats américains blessés

Les combats se poursuivaient samedi au Soudan du Sud entre l'armée et les hommes de l'ancien vice-président entré en rébellion. Alors que le Kenya et l'Ouganda voisins ordonnaient le départ de leurs ressortissants, quatre soldats américains ont été blessés au cours d'une opération d'évacuation aérienne.

Près de la ville de Bor, à 200 km au nord de la capitale Juba, un aéronef américain a été touché par des tirs alors qu'il tentait, sans succès, de se poser pour évacuer des citoyens américains, selon un porte-parole du Pentagone. Le Pentagone a indiqué que quatre soldats ont été blessés.

Depuis le 15 décembre, un conflit armé a éclaté entre l'ancien vice-président Riek Machar et le président sud-soudanais Salva Kiir. Les violences déchirent le plus jeune Etat de la planète, indépendant depuis 2011, après une longue guerre civile contre le Soudan.

Malgré les appels au dialogue, l'option militaire prévalait samedi. Les troupes gouvernementales, appuyées par des hélicoptères, marchaient vers Bor, qui est contrôlée depuis jeudi par les partisans rebelles de Riek Machar, a indiqué le porte-parole de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), Philip Aguer.

Champs pétrolifères

Il a également souligné que l'Etat-clé d'Unité, producteur de pétrole, était sous le contrôle du gouvernement, précisant cependant qu'il y avait eu des combats pendant la nuit dans Bentiu, capitale de cet Etat. La perte des champs pétrolifères de l'Etat d'Unité serait une lourde défaite pour le gouvernement de Juba.

Après l'Ouganda vendredi, le président kényan Uhuru Kenyatta a décidé d'envoyer des soldats pour "commencer immédiatement l'évacuation des 1600 Kényans se trouvant au Soudan du Sud", a annoncé le porte-parole de la présidence Manoah Esipisu dans un communiqué.

L'ONU a recensé 14 lieux du pays où ont été rapportés des combats, des troubles civils ou des tensions importantes. Les bases de l'ONU au Soudan du Sud hébergeaient vendredi plus de 35'000 personnes, dont 20'000 à Juba, malgré la fin des combats, 1500 à Pibor et 14'000 à Bor.

/ATS


Actualisé le