St-Jacques de Compostelle: un train déraille - au moins 77 morts

Au moins 77 personnes sont mortes et plus de 143 ont été blessées lors du déraillement d'un train mercredi soir à Saint-Jacques de Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne. Une tragédie dans laquelle la presse espagnole met en cause une vitesse excessive.

Plusieurs témoins ont raconté avoir entendu le bruit sourd d'une explosion. "J'ai entendu comme un coup de tonnerre. C'était comme s'il y avait eu un tremblement de terre", a dit un témoin âgé de 39 ans, Francisco Otero. Au moment de l'accident, il se trouvait dans la maison de ses parents, le long de la voie.

L'accident est une des plus graves tragédies ferroviaires de l'histoire de l'Espagne. Il s'est produit à 20h42 sur un tronçon de voie à grande vitesse, dans un virage très prononcé de la localité d'Angrois, à environ quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques de Compostelle, ville de pèlerinage mondialement célèbre.

Des 222 personnes à bord du convoi, 77 ont été tuées, a annoncé le tribunal régional de Galice, précisant que certaines zones du train, "d'accès difficile", n'avaient pas encore été inspectées. En outre, 143 personnes ont été blessées.

Quatre wagons sont renversés, dont l'un au moins complètement déchiqueté. "Il semble que dans un virage le train ait commencé à se retourner, nous avons fait beaucoup de tonneaux et plusieurs wagons se sont empilés les uns sur les autres", a raconté un passager, cité par la radio Cadena Ser.

Vitesse excessive

Alors que les causes de l'accident ne sont pas officiellement connues, la presse montre du doigt une vitesse excessive sur un tronçon limité à 80 kilomètres/heure.

"Grande vitesse mortelle", titre le journal "El Mundo", selon lequel le convoi était engagé à 220 kilomètres/heure dans cette courbe délicate. "L'excès de vitesse est une des hypothèses qui prédomine", écrit le journal. Selon "El Pais", le train circulait à 180 km/h en abordant le virage.

Le train venant de Madrid se dirigeait vers El Ferrol, sur la côte atlantique. Il transportait 218 passagers et 4 employés de la compagnie de chemin de fer, la Renfe.

Enquête en cours

"Une enquête est en cours et nous devons attendre" pour connaître les causes de l'accident, a déclaré un porte-parole de la Renfe. "Nous connaîtrons sous peu la vitesse quand nous analyserons les boîtes noires du train".

Le drame s'est produit à la veille de la Saint-Jacques, le saint patron des Galiciens, une fête traditionnelle dans cette région. Toutes les cérémonies prévues à cette occasion ont été annulées.

Très vite, des ambulances ont afflué pour évacuer les blessés. Sur les voies, les secouristes casqués poursuivaient leur travail. Plusieurs cadavres gisaient sur les voies, dissimulés par des couvertures.

Un bâtiment municipal a été mis à disposition des familles, qui pouvaient y recevoir les conseils de psychologues et des informations. Les autorités locales ont lancé un appel aux dons du sang.

Message de Mariano Rajoy

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, natif de Saint-Jacques de Compostelle, est attendu jeudi matin sur place. "Je souhaite exprimer mon affection et ma solidarité avec les victimes du terrible accident de train de Saint-Jacques", a-t-il lancé dans un message sur Twitter.

Depuis Rio de Janeiro, le pape François a invité à prier pour les victimes et leurs familles.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus