Syrie: Etats-Unis prêts à agir si nécessaire (Hagel)

Le secrétaire à la Défense américain Chuck Hagel a déclaré dimanche que les forces américaines étaient prêtes à agir contre le régime syrien, mais a souligné que Washington était toujours en train d'évaluer ses options après les informations faisant état d'attaques à l'arme chimique. Téhéran menace de "dures conséquences" si Washington franchit "la ligne rouge".

"Le président (Barack) Obama a demandé au ministère de la Défense de préparer des options pour tous les cas de figure. Nous l'avons fait", a dit M. Hagel dans la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur, première étape d'une tournée dans le sud-est asiatique.

"Encore une fois, nous avons préparé toutes les options, s'il décidait de choisir l'une d'elles", a-t-il ajouté.

Informations évaluées

Le patron du Pentagone a rappelé que les Etats-Unis et leurs alliés étaient en train d'évaluer les informations selon lesquelles les forces du président syrien Bachar Al-Assad avaient lancé mercredi une attaque aux armes chimiques contre un bastion rebelle dans la banlieue de Damas.

Présence navale renforcée

Les Etats-Unis ont décidé de renforcer leur présence navale en Méditerranée avec l'envoi dans la région d'un quatrième destroyer équipé de missiles de croisière.

Réagissant à une telle éventualité, un haut commandant des forces armées iraniennes, Massoud Jazayeri, adjoint du chef de l'état-major des forces armées, a prévenu dimanche de "dures conséquences" si Washington franchissait "la ligne rouge" en Syrie, selon l'agence Fars. L'Iran est le principal allié régional de Damas,

L'opposition syrienne accuse le régime - avec photos et vidéos à l'appui - d'avoir perpétré le 21 août une attaque de grande ampleur aux armes chimiques qui aurait fait au moins 1000 morts.

L'organisation Médecins sans frontières a fait état du décès de 355 patients "présentant des symptômes neurotoxiques", tout en restant prudente sur leur origine et sur les responsabilités. La Syrie nie elle en bloc et accuse ses ennemis rebelles d'avoir utilisé des armes chimiques près de Damas.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes