Syrie: combats d'une violence inouïe dans le nord de Qousseir

Des combats et des bombardements d'une violence inouïe ont lieu samedi dans et autour de la ville syrienne de Qousseir, selon une ONG. L'armée syrienne épaulée par le Hezbollah libanais tente de prendre cette ville depuis une semaine aux rebelles."Les combats et les bombardements, qui ont lieu samedi sur tous les axes à l'intérieur et à l'extérieur de Qousseir, sont les plus violents depuis le début de l'offensive", a affirmé le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, proche des rebelles. Ces éléments restent impossibles de vérifier de manière indépendante."La ville de Qousseir et les localités rebelles au nord de la ville comme Hamidiyé, l'ancien aéroport militaire de Dabaa et Aarjoune sont soumises à de violents bombardements de la part des forces du régime qui utilisent des missiles sol-sol", a aussi ajouté M. Abdel Rahmane.Les rebelles de Qousseir sont pris en étau par l'armée dans le nord de la cité, avait affirmé vendredi un officier responsable des opérations.Ville stratégiqueL'armée et le Hezbollah avaient lancé dimanche l'assaut sur cette ville stratégique aussi bien pour les rebelles que pour le régime, contrôlant au fur et à mesure le sud, l'est et l'ouest. Le mouvement chiite avait dépêché 1700 hommes divisés en 17 groupes.Le contrôle de Qousseir est essentiel pour les rebelles, car cette ville de 25'000 habitants se trouve sur le principal point de passage des combattants et des armes en provenance et en direction du Liban. La ville est également stratégique pour le régime car elle se trouve sur la route reliant Damas au littoral, sa base arrière.L'opposition piétinePar ailleurs, les discussions menées par la Coalition nationale syrienne (CNS), l'opposition en exil, pour aplanir ses différends et présenter un front uni pour la prochaine conférence de paix de Genève étaient toujours dans l'impasse au petit matin. La CNS n'est pas encore parvenue à se trouver un chef. /SERVICE


Actualisé le