Syrie: des civils assiégés depuis plus de 600 jours enfin secourus

Quatre-vingt-trois civils, bloqués pendant plus de 600 jours dans des conditions effroyables à Homs, ont été évacués vendredi à la faveur d'un accord et d'une trêve entre armée syrienne et rebelles, a indiqué l'ONU. Le régime de Damas a par ailleurs confirmé sa présence aux secondes négociations de paix à Genève.

Ces civils - vieillards, femmes et enfants - font partie des quelque 3000 personnes bloquées depuis juin 2012 dans les quartiers de la vieille ville, tenus par les rebelles et assiégés par les troupes du régime de Bachar al-Assad.

Cette évacuation, la première du genre depuis juin 2012, a été permise par un accord annoncé jeudi et impliquant les protagonistes et l'ONU. Un cessez-le-feu de quatre jours est entré en vigueur pour permettre cette opération, selon des militants anti-régime.

Situation désespérée

En raison du siège, la situation humanitaire était désespérée dans les quartiers rebelles où les habitants grappillent tout ce qu'ils trouvent pour se nourrir. Outre les bombardements quasi quotidiens, une pénurie de nourriture et de matériel médical était constatée.

Parmi les civils évacués, des hommes âgés, enveloppés d'une couverture, le visage grave et visiblement dans un état de faiblesse, montaient dans le bus, aidés des volontaires du Croissant rouge syrien.

Des employés du Programme alimentaire mondial (PAM) et un véhicule du Haut Commissariat pour les réfugiés de l'ONU (HCR) se trouvaient sur place.

Les évacuations se poursuivent

Les évacuations devront se poursuivre dans les prochains jours, selon le gouverneur de Homs, Talal Barazi. "Les enfants de moins de 15 ans, les hommes de plus de 55 ans et les femmes" sont autorisés à partir.

L'accord porte également sur l'acheminement d'aides pour les gens qui ont choisi de rester dans les quartiers assiégés, mais cette opération ne commencera que samedi, a souligné M. Barazi. L'ONU a parlé "d'une aide vitale à 2500 civils".

Le régime ira à Genève

Le régime a d'ailleurs confirmé sa participation aux secondes négociations prévues le 10 février à Genève. Elles visent à trouver une issue politique à la guerre qui ravage la Syrie depuis près de trois ans et a fait plus de 136'000 tués et des millions de réfugiés.

L'ONU a confirmé que les discussions, entamées le 22 janvier à Montreux, reprendront bien lundi à Genève. Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem dirigera la délégation de Damas.

/ATS


Actualisé le