Syrie: la direction d'un groupe islamiste décimée par un attentat

Le chef du groupe rebelle islamiste syrien Ahrar al Cham a été tués mardi par un attentat, a annoncé le groupe. Au moins 28 autres commandants ont été tués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de l'opposition.

Ahrar al Cham est un groupe salafiste appartenant au Front islamique, une alliance rebelle qui cherche à imposer la charia en Syrie mais qui lutte aussi contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI) pour le contrôle des territoires conquis par les insurgés dans le nord du pays.

Il fut un temps considéré comme la plus puissante brigade islamiste luttant contre le régime de Bachar al Assad, grâce notamment aux financements des pays du Golfe, selon des opposants syriens.

Ahrar al Cham a annoncé sur son compte Twitter que l'explosion avait eu lieu pendant une réunion de sa direction dans la province d'Idlib (nord-ouest) et a confirmé la mort de son chef, Hassan Aboud, et de douze autres de ses dirigeants.

"La réunion avait lieu dans la cave d'une maison. Les chefs religieux et militaires étaient au nombre d'une cinquantaine", a de son côté affirmé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Ils sont probablement tous morts mais on a pu avoir confirmation que pour 28", a-t-il ajouté. M. Abdel Rahmane n'était pas en mesure d'indiquer dans l'immédiat qui était responsable de l'attentat.

La télévision d'Etat syrienne a très vite annoncé la mort de Hassan Aboud.

En janvier, Ahrar al Cham avait perdu dans un attentat suicide un autre de ses dirigeants, Abou Khaled al Souri, qui avait combattu en Afghanistan aux côtés d'Oussama ben Laden et qui était réputé proche de l'actuel chef d'Al Qaïda, Ayman al Zaouahri. L'attaque avait alors été attribuée à l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), devenu aujourd'hui l'EI.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes