Tous les liquides interdits en cabine à un mois des JO

Les trois aéroports internationaux de Moscou ont annoncé mercredi l'interdiction de tous les liquides à bord des avions de ligne, même en quantités infimes. Cette mesure intervient à un mois des Jeux olympiques de Sotchi et après des attentats meurtriers.

Les nouvelles règles interdisent en cabine "tous les liquides, y compris les produits d'hygiène, les cosmétiques, médicaments, aérosols et gels en toute quantité", indique un communiqué publié mercredi sur le site de l'aéroport Cheremetievo de Moscou.

Les trois aéroports moscovites - Cheremetievo, Vnoukovo et Domodedovo - vont accueillir des dizaines de milliers de supporteurs et visiteurs étrangers pour les Jeux olympiques du 7 au 23 février à Sotchi, ville entre les bords de la mer Noire et les montagnes du Caucase.

Sites régionaux

Cette interdiction inattendue vient s'ajouter aux mesures de sécurité entrées en vigueur à Sotchi mardi. Elle a provoqué de nombreuses critiques sur la blogosphère, dans la mesure où elle s'applique aussi à certains médicaments et de la nourriture pour bébés.

L'interdiction des liquides en cabine, édictée par l'Agence russe de l'aviation civile (Rosaviatsia), s'appliquera jusqu'au 21 mars, soit une semaine après la clôture des jeux paralympiques qui auront lieu à Sotchi du 7 au 16 mars.

Le journal officiel "Rossiïskaïa Gazeta" a indiqué sur son site que les nouvelles restrictions seraient également imposées "dans certains aéroports régionaux, notamment dans le sud de la Russie", où se trouve Sotchi.

Les règles jusqu'à présent en vigueur interdisaient en cabine les liquides dans des quantités supérieures à 100 ml.

Exceptions possibles

Selon certains médias, des exceptions seraient toutefois prévues pour les médicaments à condition de la présentation d'une prescription médicale.

L'entrée de tous les automobilistes à Sotchi est elle désormais filtrée par la police et l'accès à cette ville de 350'000 habitants est interdit aux véhicules venant de l'extérieur ne disposant pas d'autorisation.

Menace d'attentats

Ces mesures de sécurité exceptionnelles avaient été décidées de longue date, pour faire face notamment à la menace d'attentats.

Mais les craintes de voir des militants islamistes lancer des attaques pendant les jeux ont été renforcées par deux attentats suicide non revendiqués, attribués à des kamikazes. Ceux-ci ont fait au total 34 tués les 29 et 30 décembre à Volgograd, une ville du sud de la Russie.

/ATS


Actualisé le