Un juge de Barcelone auditionne l'époux de l'infante Cristina

Le gendre du roi d'Espagne, poursuivi dans une affaire de corruption, a été entendu mardi comme témoin à la suite d'une plainte qu'il a déposée pour atteinte à sa vie privée. Il a lancé la procédure après la publication de courriers dont il était l'auteur

Iñaki Urdangarin, soupçonné par un juge de Palma de Majorque, aux Baléares, d'avoir détourné plus de six millions d'euros d'argent public avec son ex-associé, Diego Torres, était entendu cette fois comme témoin par un juge de Barcelone.

Le gendre du roi Juan Carlos avait porté plainte contre son ancien associé et contre plusieurs groupes de médias après la publication à plusieurs reprises de courriers électroniques écrits par Iñaki Urdangarin et qui auraient, selon la presse, été divulgués par la défense de Diego Torres.

Ainsi, le 27 mars, la presse avait publié des extraits de ces courriers laissant entendre que la fille du roi, l'infante Cristina, pouvait être au courant des activités délictueuses présumées de son mari lorsqu'il présidait l'institut Noos, une société de mécénat, entre 2004 et 2006.

C'est via cette société à but non lucratif, dont l'infante Cristina était à la même époque membre du comité de direction, qu'aurait transité l'argent public que le gendre du roi et son ex-associé sont soupçonnés d'avoir détourné.

Cristina, mariée depuis 1997 à Iñaki Urdangarin, un ancien champion de handball reconverti dans les affaires, est soupçonnée de délit fiscal dans le cadre de l'enquête visant son époux.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes