Un navire militaire commence à évacuer des Britanniques de Libye

Un navire de la Royal Navy a commencé à évacuer dimanche des Britanniques se trouvant en Libye, pays actuellement en proie à des violences meurtrières, selon le ministère britannique de la Défense. Sur le terrain, les combats se sont poursuivis à Tripoli et ont fait plusieurs tués.

Le bateau, qui était en opération en Méditerranée, est arrivé dimanche dans la capitale libyenne, a indiqué le ministère britannique de la Défense (MoD). La Marine Royale "est en train d'aider les Britanniques à quitter la Libye comme le recommande le ministère britannique des Affaires étrangères", a déclaré dans un communiqué le ministre britannique de la Défense Michael Fallon.

Environ "une centaine de Britanniques" ont été évacués. Le bâtiment pourra prendre à son bord des ressortissants d'autres pays souhaitant quitter la Libye, selon une source gouvernementale.

"Avec regret"

De 100 à 300 Britanniques se trouveraient aujourd'hui en Libye. L'ambassadeur de Grande-Bretagne à Tripoli Michael Aron a annoncé vendredi qu'il avait décidé "avec regret" de partir rapidement en raison des combats en cours dans la capitale et de l'absence de sécurité. L'ambassade a prévu de suspendre ses activités à partir de lundi et organisé le départ des ressortissants britanniques.

La Suisse avait pris la même mesure jeudi. Le personnel suisse, y compris le détachement de l'armée engagé pour la protection de l'ambassade, a déjà quitté la Libye.

Plus de 200 tués en une semaine

En deux semaines, les violences en Libye ont fait plus de 200 tués et un millier de blessés, selon le ministère libyen de la Santé. Les divisions entre islamistes et nationalistes, qui minent depuis des mois la vie politique, se transposent sur le terrain, avec des combats entre milices rivales.

Et samedi, plus de 20 personnes sont encore décédées dans les combats entre les ex-brigades rebelles de Zentane et de Misrata qui se disputent depuis près de trois semaines le contrôle de l'aéroport international de Tripoli. Les combats dans la capitale libyenne ont baissé en intensité dimanche matin. Un dépôt de carburant a par ailleurs été touché samedi par une roquette.

/ATS


Actualisé le