Fusillade au parlement à Ottawa: au moins deux morts

Des inconnus ont ouvert le feu mercredi matin au Parlement canadien à Ottawa, tuant un soldat. La police a abattu un des tireurs et recherchait deux autres individus armés. Cet incident survient deux jours après l'assassinat "terroriste" d'un militaire au Québec.

L'attaque a été menée par un à trois assaillants, ont indiqué des policiers. Selon des témoins, le ou les tireurs, "portant un fusil de chasse", ont d'abord fait feu sur l'un des deux militaires en faction devant le monument aux morts, près du parlement.

Gravement blessé, le soldat a été évacué par des ambulanciers, après un massage cardiaque, a constaté l'AFP sur place. Il est décédé peu après.

Les tireurs se sont ensuite emparés d'un véhicule officiel sous la menace afin de s'approcher jusqu'aux portes du Parlement. Ils se seraient ensuite rués à l'intérieur du bâtiment central où siègent les députés et sénateurs.

Dizaines de coups de feu

Peu après, une forte détonation a été entendue, aussitôt suivie d'un tir nourri des policiers, selon une vidéo d'un journaliste du "Globe and Mail" présent dans l'enceinte.

Rapidement, des dizaines de commandos lourdement armés se sont rendus sur place. Des tirs ont été rapportés à trois endroits: le monument aux morts, le Parlement et aux abords d'un centre commercial. Ces trois lieux sont situés à quelques centaines de mètres l'un de l'autre dans le centre de la capitale fédérale.

Harper évacué

Le Premier ministre Stephen Harper, dont les bureaux se trouvent dans la zone bouclée, a été évacué et est "sauf", a indiqué son porte-parole. Il devait faire une déclaration dans la journée sur ces événements. Les chefs de l'opposition ont également été placés en lieux sûrs.

Les habitants du centre d'Ottawa ont reçu la consigne de s'éloigner de leurs fenêtres car, selon la Gendarmerie royale du Canada, un tireur s'est "probablement" retranché sur le toit du Parlement. Des tireurs d'élite ont été aperçus sur les toits alentour, notamment celui du Musée des beaux-arts.

Il y a deux jours, un islamiste canadien au volant d'un véhicule a fauché deux soldats, tuant l'un d'eux à Saint-Jean-sur-Richelieu, près de Montréal. Cette agression a été qualifiée d'acte terroriste par le gouvernement canadien. Cet attentat est le premier lié à l'extrémisme islamiste de l'histoire du Canada.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes