Personnel soignant attaqué dans 22 pays en 2012 (CICR)

Du personnel soignant et des institutions de soins ont subi l'an dernier de violentes attaques dans 22 pays, a indiqué mercredi la Croix-Rouge à Genève. Ces violences ont coûté la vie à 150 personnes.Deux ans après un rapport sur les violences subies par les professions de santé dans 16 pays, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a rédigé une nouvelle étude pour 2012. Celle-ci mentionne un total de 921 incidents violents dans 22 pays, mais les pays ne sont pas nommés."Ces 921 incidents comprennent des menaces, des meurtres et des enlèvements. Cependant, ils ne représentent que la partie émergée de l'iceberg", a déclaré Pierre Gentile, qui dirige le projet "Soins de santé en danger" du CICR."La plupart des incidents ne sont pas enregistrés et il en va de même pour les répercussions qu'ils ont sur les personnes qui ont besoin d'une clinique, d'une sage-femme ou d'une ambulance", indique-t-il dans un communiqué.Selon ce rapport, 150 personnels soignants ont été tués l'an dernier, 73 ont été enlevés et un nombre beaucoup plus important a reçu des menaces."La pratique des menaces peut sembler beaucoup moins grave que les meurtres ou les enlèvements, mais leurs conséquences, pour les personnes qui se trouvent dans la zone, peuvent avoir une portée considérable parce qu'elles peuvent entraîner le départ ou la fuite des personnels soignants", selon le rapport.Pressions et intimidationsL'étude souligne ainsi que dans certaines régions d'Amérique latine, des communautés entières sont privées de services de santé parce que les personnels soignants sont partis sous les pressions et les intimidations."Dans certaines régions d'Afrique sub-saharienne et d'Asie du sud, de nombreux enfants meurent de maladies qui pourraient facilement être prévenues dans des circonstances normales, si des conflits armés ne les empêchaient pas d'accéder aux services de santé", selon le rapport.Attaques à l'explosifCe document met en lumière deux tendances inquiétantes: beaucoup de personnes qui s'étaient précipitées pour porter secours à des victimes d'une explosion ont été atteintes par des attaques "après-coup" à l'explosif, actionnées de loin.Tout aussi inquiétantes sont les attaques contre les personnels de santé engagés dans des campagnes de vaccinations massives, selon le rapport. Celui-ci souligne que "cela entraîne des contretemps pour l'éradication de maladies telles que la rougeole ou la poliomyélite".Le CICR ne cite pas de pays, mais de nombreuses attaques meurtrières ont ciblé des équipes de vaccination anti-polio au Pakistan et au Nigeria. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus