Le choix se précise en Egypte

Drapeau de l'Egypte

Armée ou islamistes. Le choix des Egyptiens s’est réduit après le premier tour des élections présidentielles.

Les résultats quasi-définitifs donnent comme finalistes dimanche Mohammed Morsi, issu des Frères musulmans, et Ahmad Chafiq, dernier premier ministre de Hosni Moubarak et ancien chef d’état-major. Tous deux se livrent d’ores et déjà bataille en vue du second tour et se posent en défenseurs de la révolution.

Ils semblent pourtant bien loin des aspirations des contestataires qui avaient abattu le régime l’an dernier. Pour le politologue et spécialiste des questions arabes, Ahmed Benani, la voix de la rue pourrait bien se faire à nouveau entendre au lendemain du scrutin. Les thèmes de campagne ont tourné, dans un camp comme dans l’autre, autour de la sécurité et la production. Or, depuis la chute de Moubarak, l’économie égyptienne tourne au ralenti. La sécurité s’est aussi dégradée avec la présence de groupes armés et la division du pays en clans idéologiques bien distincts.

En outre, l’armée qui a acquis une place importante dans l’économie égyptienne ne veut rien lâcher et espère maintenir l’ordre politique et idéologique qui a prévalu jusqu’ici.

Quel que soit le résultat du second tour, prévu les 16 et 17 juin, une partie de l’opinion publique, que ce soit la jeunesse ou les islamistes, risque d’être mécontente et l’exprimera. Le politologue estime que l’Egypte entre dans une phase qui va durer, avec des affrontements, vraisemblablement violents, jusqu’à parvenir à un équilibre entre majorité et minorité. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes