Nomination de Roberto Azevedo à la tête de l'OMC par consensus

La nomination du Brésilien Roberto Azevedo à la tête de l'OMC a été approuvée mardi par consensus par les 159 pays membres. Les délégations ont félicité le nouveau directeur général, qui prendra ses fonctions le 1er septembre pour quatre ans."Chaque intervention a été très positive, toutes les délégations se sont engagées à soutenir le nouveau directeur général dans sa tâche", a affirmé au terme d'une réunion spéciale du Conseil général un porte-parole de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Keith Rockwell.Au total, 54 délégations ont pris la parole, certaines au nom de groupes régionaux, pour complimenter le vainqueur de la compétition entamée en janvier. Actuel ambassadeur du Brésil à l'OMC depuis 2008, le Brésilien l'a emporté sur huit autres candidats, dont, au dernier round, le Mexicain Herminio Blanco.Restaurer le rôle de l'OMCLes délégations ayant voté pour le Mexicain, soit la plupart des pays industrialisés, ont fait contre mauvaise fortune bon coeur. Le Brésilien a reçu un accueil chaleureux au début de la séance. "L'atmosphère tranchait avec les réunions habituelles. L'on n'a entendu que des choses agréables", a indiqué Keith Rockwell.Le clivage Nord-Sud, apparu lors du processus de sélection, avait disparu, alors que le Brésilien ne l'a emporté sur le Mexicain qu'avec très peu de voix, selon de bonnes sources. "C'était moitié-moitié", a précisé un diplomate. Pas besoin de panser les blessuresLe successeur de Pascal Lamy s'est félicité du consensus, "qui renforce la légitimité du choix" du nouveau patron de l'OMC, a-t-il relevé. Le processus "a été conduit de telle manière que le nouveau directeur général sera en position de commencer son mandat sans avoir à panser les blessures d'une décision qui aurait divisé les membres", a-t-il ajouté."Le nouveau directeur général et les pays membres seront ainsi prêts à commencer immédiatement à travailler pour résoudre les principaux défis auxquels cette organisation est confrontée", a affirmé le Brésilien. /SERVICE


Actualisé le