Challenge League: Lausanne domine GC

Ce fut laborieux, mais le Lausanne-Sport a fait le plus dur pour obtenir sa promotion en Super ...
Challenge League: Lausanne domine GC

Challenge League: Lausanne domine GC

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Ce fut laborieux, mais le Lausanne-Sport a fait le plus dur pour obtenir sa promotion en Super League. Sans briller, les Vaudois ont arraché un succès à la 91e minute sur un but de Dan Ndoye.

Dans ce genre de soirée, il n'y a que les mathématiques qui ont le poids d'un enseignement. Le LS est premier de Super League avec un avantage de onze points sur Grasshopper, son adversaire du soir, lequel doit toutefois rattraper son match contre Wil. Mais avec (probablement) huit points d'avance à quatre journées du terme de la saison, le club vaudois peut voir arriver l'élite avec tranquillité. Même le déplacement de mardi à Vaduz ne devrait pas susciter quelconque inquiétude. Et les Lausannois doivent surtout ça à Dan Ndoye. Le jeune talent de la Pontaise a trouvé la lucarne en toute fin de partie. Sa demi-volée suite à un corner d'Andi Zeqiri envoie presque le LS en Super League. Et c'est un petit miracle, au vu de la rencontre de vendredi.

Un petit Lausanne

Car Lausanne avait retrouvé de la confiance, promettait Giorgio Contini avant le match. Soit. Mais est-ce vraiment le propre d'une équipe en confiance de revoir complètement son approche, de faire à l'opposé de ce qui lui a permis d'être en tête du classement? A savoir, accepter de subir en cherchant simplement à s'adapter à son adversaire.

Tactiquement, le LS a surpris vendredi. Avec son système de jeu, d'abord, dans une forme de 3-1-4-2 qui avait l'ambition de se calquer sur le 4-2-3-1 zurichois. Mais Contini a poussé encore plus loin l'effet de miroir, avec l'intention de pratiquer un marquage individuel sur tout le terrain. Pas vraiment dans les canons actuels. Mais surtout pas la marque de ceux qui doivent dominer. GC, pas bête, a simplement bougé et dézoné pour rendre inefficiente l'approche, même quand les Vaudois ont cherché à réagir.

En pleine bourre, Grasshopper en a allègrement profité. Il a simplement manqué à Mychell Chagas ou Veroljub Salatic du réalisme ou de ne pas tomber sur un Elton Monteiro héroïque par instants. Même si Mory Diaw, qui a remplacé depuis quelques matchs Thomas Castella dans les buts lausannois, n'y est pas non plus totalement innocent. Mais si Lausanne n'a pas la sérénité, il conserve du talent et de la vitesse, notamment devant où il a semblé être capable de ne pas trop s'embêter pour mettre en danger Mirko Salvi. Mais cela était resté anodin jusqu'à cet éclair de fin de match.

Il n'empêche que l'on aura pu constater vendredi que l'écart avec des adversaires de bon niveau est très mince. Alors le LS peut souffler, mais il ne s'est pas épargné une petite leçon. Il s'agira de s'en souvenir au moment de préparer la Super League.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus