Haaland aura tout fait à Séville

Porté par un doublé d'Erling Haaland, le Borussia Dortmund s'est qualifié pour les quarts de ...
Haaland aura tout fait à Séville

Haaland aura tout fait à Séville

Photo: KEYSTONE/AP/Bernd Thissen

Porté par un doublé d'Erling Haaland, le Borussia Dortmund s'est qualifié pour les quarts de finale de Ligue des champions, malgré le match nul 2-2 concédé mardi.

Porto y sera aussi, accrochant sa qualification en prolongation contre la Juve.

Lui, le suspense, il n'aime pas ça. Erling Braut Haaland, puisqu'il ne peut que s'agir que de lui, a un rapport avec le football qui va au-delà de la tension. Le résultat n'est pertinent que lorsqu'il peut témoigner de son implication dans celui-ci. Alors voilà, le Borussia Dortmund (avec Marwin Hitz au but) est qualifié pour les quarts de finale et cela porte en grande partie la signature de son Norvégien de 20 ans.

Déjà auteur d'un incroyable doublé (en plus d'un assist) lors de l'aller à Séville il y a trois semaines (victoire 3-2), Haaland a entériné la confrontation dès lors qu'il en a eu assez de voir les Andalous y croire. Il leur a laissé une grosse demi-heure, le temps de presser fort, de dominer et d'attendre simplement que la faille soit trouvée.

Bien sûr, il n'y en avait qu'un seul à en connaître l'accès. Haaland a patienté, histoire d'attendre le moment idoine, celui où il aurait une minime opportunité de régler la question. Une récupération haute du BvB, un débordement de Marco Reus et un centre en retrait de ce dernier (35e). Le cyborg a inscrit des buts plus compliqués, mais il a surtout marqué, obligeant Séville à un exploit. Trop compliqué. Et puis la perpétuelle menace Haaland n'incite pas à se dépasser plus que de raison.

La preuve, il a remis ça dès la 54e. Un but en trois temps: d'abord en déménageant tout sur son passage, à commencer par Fernando. La VAR l'a annulé, mais a trouvé un penalty sur lui quelques dizaines de secondes auparavant. Le Norvégien a manqué son premier essai, mais Bono, le portier sévillan, était devant sa ligne. Rebelote, qui n'a cette fois pas raté. Haaland a doublé la mise et s'est même permis au passage d'aller chambrer le gardien marocain.

Le robot (20 buts en 14 matchs de Ligue des champions!) a donc aussi des émotions. Pas sûr toutefois que la réduction du score sur penalty (68e), puis l'égalisation (96e) de Youssef En-Nesyri lui en aient décoché une.

Sergio Oliveira éteint Chiesa

Mais Haaland n'est pas le seul héros de la soirée. A Turin, il y en a eu un autre. Et ce n'est pas Cristiano Ronaldo, pourtant habitué de ces entreprises solitaires. Cela a failli être son coéquipier Federico Chiesa, qui a inscrit un doublé. Mais Sergio Oliveira lui a volé la vedette.

L'Italien a pourtant été l'homme du temps réglementaire, après le 2-1 de l'aller. Car après que Porto a ouvert le score sur la pelouse de la Juventus sur un penalty d'Oliveira (19e), l'international transalpin a profité d'un momentum exceptionnel pour inverser la tendance. Il a d'abord égalisé à la 49e, cinq minutes avant que l'attaquant de Porto Mehdi Taremi n'écope d'un second carton jaune pour avoir expédié loin la balle alors que l'arbitre avait sifflé.

Chiesa pensait pouvoir en profiter dans la foulée, mais un poteau et un exceptionnel sauvetage du vétéran Pepe l'ont privé d'un doublé en sept minutes. Finalement, il en aura eu besoin de sept de plus, le temps de reprendre parfaitement de la tête un bon centre de Cuadrado.

Sauf que cela ne suffisait pas à la qualification de la Juve. C'est en prolongation que tout s'est joué. Alors que les tirs au but semblaient inévitables, Sergio Oliveira a envoyé les siens en quarts sur un coup franc lointain à la 115e. Le mur bianconero s'était délité et le portier Szczesny n'était pas tout propre non plus. Et le but de Rabiot deux minutes plus tard n'a fait que donner la victoire à la Juventus. Inutile, en l'occurrence.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus