Le Real Madrid ne meurt jamais

Le Real Madrid ne meurt jamais ! Mené au score jusqu’à la 88e minute devant le Bayern, il s’est ...
Le Real Madrid ne meurt jamais

Le Real Madrid ne meurt jamais

Photo: KEYSTONE/AP/Jose Breton

Le Real Madrid ne meurt jamais ! Mené au score jusqu’à la 88e minute devant le Bayern, il s’est qualifié pour la finale de la Ligue des Champions grâce à un doublé de Joselu (88e et 91e).

Le joker de 34 ans envoie donc le Real Madrid pour une 18e finale de la Ligue des Champions. Le 1er juin à Wembley, les Madrilènes affronteront le Borussia Dortmund avec l’ambition de fêter un 15e sacre. Ils l’aborderont bien sûr avec les faveurs du pronostic, portés aussi par cette intime conviction que rien, vraiment rien, ne peut les ébranler.

Le Real Madrid a toutefois bénéficié d’un coup de pouce du malheureux Manuel Neuer pour revenir dans le match. Extraordinaire pendant 88 minutes, le portier du Bayern a relâché une frappe anodine de Vinicus dans les pieds de Joselu. Revenu de nulle part à cause de cette funeste erreur de l’homme qui avait fait longtemps leur désespoir, le Real forçait la décision trois minutes plus tard avec un centre parfait d’Antonio Rüdiger pour Joselu. Ce but était tout d’abord annulé pour hors jeu avant que la VAR ne l’accorde.

Malgré un Vinicus intenable sur son flanc gauche et une emprise presque totale sur le jeu, le Real s’est vraiment retrouvé au bord de l’abîme. Le Bayern avait pris l’avantage à la 68e par Alphonso Davies. Décalé par Harry Kane sur le côté gauche, le Canadien a fixé Rüdiger avant d’armer une frappe du droit imparable. Avec un Neuer qui multipliait les arrêts, les Bavarois pensaient tenir leur os. Signer l’exploit à Madrid pour, à la fois, sauver une saison domestique bien terne et, surtout, pour ne pas laisser seul le Borussia Dortmund sous les feux de la rampe le 1er juin à Wembley.

Le sort est particulièrement cruel pour Manuel Neuer. Pendant 88 minutes, le capitaine avait retrouvé la flamme de ses grands jours. Il n’avait sans doute jamais évolué à un tel niveau depuis des mois, des années même. Jusqu’à ce ballon relâché de la 88e minute. Cette bourde risque bien de relancer le débat sur la pertinence de le titulariser lors du prochain Euro.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus