Le Real roi du grand écart

Le roi de la Ligue des champions a failli être son fossoyeur: pourtant détenteur du record ...
Le Real roi du grand écart

Le Real roi du grand écart

Photo: KEYSTONE/AP/Bernat Armangue

Le roi de la Ligue des champions a failli être son fossoyeur: pourtant détenteur du record de sacres (13), le Real Madrid a appuyé l'éphémère et controversée Super League....

Les Merengue retrouvent, comme si de rien n'était, les demi-finales de C1 mardi contre Chelsea (21h00), autre club mutin.

La part active prise par le Real et son président Florentino Pérez dans ce projet de tournoi privé réservé aux grosses cylindrées du continent, qui a secoué le football mondial pendant 48 heures la semaine dernière avant de tourner court, ne fait pas honneur à la relation privilégiée entre le club madrilène et la 'Coupe aux grandes oreilles'.

Mais pour l'heure, retour à l'ordinaire: même si le président de l'UEFA Aleksander Ceferin a promis des sanctions contre les clubs dissidents, le Real Madrid n'a pas été exclu de la Ligue des champions et peut donc briguer une nouvelle finale, la quatrième en cinq participations pour son entraîneur Zinédine Zidane, trois fois sacré (2016-2018).

Comment expliquer que le premier club vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions en 1956 a failli être son fossoyeur, près de 70 ans plus tard ? Florentino Pérez a assuré que ses intentions étaient nobles... sans convaincre ses détracteurs. 'On essayait simplement de sauver le football', s'est défendu le patron du Real Madrid sur la radio espagnole Cadena Ser.

Pérez, choisi par ses pairs comme premier président de l'entreprise commerciale 'Super League', a assuré n'avoir pas su 'expliquer correctement' l'initiative, censée remédier au désintérêt croissant du jeune public pour le football et aux difficultés financières des grands clubs européens sur fond de pandémie de Covid-19.

La colère des supporters

La Super League, projet sur mesure pour clubs aisés, Chelsea y a cru un temps. Mais il a été l'un des premiers à prendre la décision de faire machine arrière, même si l'officialisation a été plus tardive que celle des autres clubs anglais.

Les Blues ont été directement confrontés à la colère de leurs supporters, avant un match de championnat contre Brighton. Petr Cech, ancien gardien emblématique du club devenu dirigeant, a dû s'époumoner face aux manifestants et ces images ont été un tournant symbolique dans cette courte mais intense bataille.

La C1 'fait rêver'

Une semaine plus tard, voilà le Real et Chelsea encore en lice pour remporter cette compétition qu'ils souhaitaient quitter. Et pour Raphaël Varane, c'est une perspective alléchante: 'J'ai gagné quatre Ligues des champions, c'est une compétition qui me fait rêver', a glissé le défenseur français du Real lundi en conférence de presse.

Raphaël Varane a été discrètement rejoint par Zinédine Zidane, très prudent sur le sujet. 'La Ligue des champions c'est quelque chose de spécial, c'est vrai', a glissé le Marseillais.

Mardi, il y aura une demi-finale aller à jouer, et une finale en vue. Pour l'occasion, le Real a récupéré Eden Hazard: ancienne star de Chelsea recrutée à prix d'or en 2019, le Belge est sorti de son terrible tunnel de blessures samedi pour jouer quinze minutes en fin de match contre lors du nul contre le Betis Séville (0-0) en Liga.

Eden Hazard aura donc un rôle décisif à jouer contre son ancienne équipe, alors que Zinédine Zidane a récupéré presque tous ses cadres juste avant ce choc continental (Varane, Carvajal, Mendy, Kroos, Modric)... Tous, sauf deux : Sergio Ramos et Ferland Mendy.

Le capitaine madrilène, grand artisan des quatre derniers succès du Real en Ligue des champions (2014, 2016, 2017, 2018), a été touché au mollet gauche avec l'Espagne fin mars et a contracté le Covid-19 dans la foulée. Il ne devrait pas revenir avant le 5 mai, pour la demi-finale retour contre Chelsea.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus