Soupçons autour d'un match de 4e ligue

Des soupçons de triche pèsent sur le déroulement d’un match de 4e ligue de football. Jeudi ...
Soupçons autour d'un match de 4e ligue

Des soupçons de triche pèsent sur le déroulement d’un match de 4e ligue de football. Jeudi dernier, Courrendlin accueillait Glovelier dans un match décisif pour le maintien. La victoire 4-1 de Courrendlin lui a permis de devancer l’équipe de Montfaucon, grâce à un coefficient fair-play favorable. Mais il y a litige autour de cette rencontre capitale. En effet, à la fois l’adversaire de Courrendlin, Glovelier, et l’US Montfaucon ont des soupçons, mais rien n’est avéré. Trois à quatre joueurs de la première équipe de Courrendlin, qui milite en troisième ligue, auraient joué ce match décisif avec la deuxième garniture, alors qu’ils n’en avaient pas le droit.

 

Comment ces soupçons sont-ils nés ?

 

D’après plusieurs membres du FC Glovelier, certains joueurs de la première équipe de Courrendlin se sont entrainés, alors que la « deux » se préparait dans les vestiaires. Les 3 à 4 joueurs en question ne se sont donc pas échauffés avec l’équipe et ils n’auraient pas pris part au contrôle des passeports effectué par l’arbitre. Ils auraient ensuite rejoint le onze titulaire quelques minutes seulement avant le début du match.
Sur le terrain, d’après l’entraineur du FC Glovelier, Maurice Froidevaux, ces éléments appelés en renfort ont clairement fait la différence.

 

Quelle suite l’US Montfaucon va-t-elle donner à cette affaire ?

 

L’US Montfaucon ne veut pas polémiquer, mais souhaite faire la lumière sur cette affaire. Le président du club a donc décidé de poser protêt auprès de l’Association de Football Berne Jura. Il a envoyé un courrier lundi. Denis Chaignat a reconnu certains visages des joueurs concernés sur des photos de l’équipe première du FC Courrendlin.

 

Et que répond le FC Courrendlin ?

 

Le président et le directeur technique du FCC n’ont aucune crainte. Ils reconnaissent  avoir recomposé leur deuxième garniture pour ce match capital, mais uniquement avec des joueurs de troisième ligue qui avaient le droit d’évoluer à l’échelon inférieur et avec des éléments compétitifs de la troisième équipe.

Pour terminer, il faut ajouter qu’aucune des trois parties ne crie au scandale. Personne ne veut jeter de l’huile sur le feu, mais simplement tirer au clair cette affaire qui fait couler beaucoup de salive dans le monde du ballon rond jurassien. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus