13 soldats français tués dans un accident d'hélicoptères au Mali

Treize militaires français de la force Barkhane ont trouvé la mort au Mali dans une collision ...
13 soldats français tués dans un accident d'hélicoptères au Mali

13 soldats français tués dans un accident d'hélicoptères au Mali

Photo: KEYSTONE/EPA POOL/CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL

Treize militaires français de la force Barkhane ont trouvé la mort au Mali dans une collision de deux hélicoptères, a annoncé mardi la présidence française. L'accident s'est produit lors d'une opération de combat contre des djihadistes.

Il s'agit de l'un des plus lourds bilans humains de l'armée française depuis l'attentat du Drakkar au Liban en 1983, qui avait fait 58 morts. Selon des sources de la défense, un hélicoptère de combat Tigre a percuté un hélicoptère de manoeuvre et d'assaut Cougar lundi soir dans la région de Ménaka, aux confins du Mali, Niger et Burkina Faso.

Le président français Emmanuel Macron a salué 'avec le plus grand respect la mémoire de ces militaires de l'armée de terre, six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef, tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel', précise le communiqué.

Il 'exprime son soutien le plus total à leurs camarades de l'armée de terre et des armées françaises. Il tient à saluer le courage des militaires français engagés au Sahel et leur détermination à poursuivre leur mission. Il les assure de son entière confiance', conclut le texte.

41 morts

Cet accident porte à 41 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l'intervention française en 2013, avec l'opération Serval, d'après un décompte de l'AFP.

L'opération Barkhane, qui a succédé à Serval depuis août 2014, mobilise 4500 militaires français dans la bande sahélo-saharienne, une étendue vaste comme l'Europe, en soutien aux armées nationales qui combattent des djihadistes affiliés à l'EI ou à Al-Qaïda.

Mais six ans après le début de l'intervention française, les violences islamistes persistent dans le nord du Mali et se sont propagées au centre du pays ainsi qu'au Burkina Faso et au Niger voisins. Depuis 2012, les hostilités, doublées de violences intercommunautaires, ont fait des milliers de morts et déplacé des centaines de milliers de civils.

/ATS