Séoul accuse Pyongyang d'avoir empoisonné le demi-frère de Kim

Le demi-frère de Kim Jong-Un a été assassiné par deux membres des services secrets de Pyongyang ...
Séoul accuse Pyongyang d'avoir empoisonné le demi-frère de Kim

Le demi-frère de Kim Jong-Un a été assassiné par deux membres des services secrets de Pyongyang, ont déclaré mercredi des parlementaires sud-coréens informés par les services de renseignement de Séoul. Les agents exécutaient un ordre du dirigeant nord-coréen.

Kim Jong-Nam, qui était en partance pour Macao, s'est senti mal à l'aéroport de Kuala Lumpur. Son décès est survenu pendant son transfert à l'hôpital, a-t-on appris auprès de la police malaisienne.

Il a été empoisonné avec des aiguilles lundi à l'aéroport de Kuala Lumpur, par deux femmes non identifiées, a rapporté la télévision sud-coréenne Chosun. Le média cite plusieurs sources gouvernementales, ajoutant que les deux femmes, présentées comme des agents du Nord, ont ensuite hélé un taxi pour s'enfuir.

'Brutalité' du Nord

Le ministère sud-coréen de l'Unification a confirmé que la victime était bien Kim Jong-Nam, qui fut un temps pressenti comme l'héritier du régime de Pyongyang, avant de tomber en disgrâce.

'S'il est confirmé, le meurtre de Kim Jong-Nam serait un exemple qui démontrerait la brutalité et la nature inhumaine du régime nord-coréen', avait déclaré mercredi matin le président sud-coréen par intérim Hwang Kyo-Ahn, selon son porte-parole.

'Nous prenons cette affaire très au sérieux et nous gardons l'oeil sur le Nord', a-t-il ajouté lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale (NSC). Il a souligné que son gouvernement coopérait étroitement avec les autorités malaisiennes pour tenter de faire la lumière sur ce mystérieux assassinat.

Il s'agit du plus haut dignitaire assassiné sous le règne de Kim Jong-Un depuis l'exécution en décembre 2013 de l'oncle du jeune leader nord-coréen, Jang Song-Thaek, un temps numéro deux officieux du régime.

En disgrâce

Selon des médias sud-coréens, Kim Jong-Nam voyageait avec un faux passeport au nom de Kim Chol. Ancien patron du contre-espionnage de la police secrète du régime, entre autres postes stratégiques, il était tombé en disgrâce suite à une tentative manquée en 2001 d'entrer au Japon avec un passeport falsifié, pour soi-disant visiter Disneyland.

Depuis, il a vécu principalement dans le territoire chinois de Macao. Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, qui cite des sources au sein des services de renseignement sud-coréens, Kim Jong-Nam bénéficiait de la protection de Pékin.

Eduqué en Suisse, polyglotte, Kim Jong-Nam était né de l'union de son père avec Sung Hae-rim, une actrice née en Corée du Sud et morte à Moscou.

Purges fréquentes

Soumis à une pression internationale croissante à propos des programmes nucléaire et balistique nord-coréen, Kim Jong-Un cherche à renforcer son pouvoir. Lundi, le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné à l'unanimité - y compris la Chine, principale alliée de Pyongyang - le tir de missile effectué dimanche par la Corée du Nord.

Les annonces de purges, d'exécutions et de disparitions, - certaines confirmées, d'autres non - sont fréquentes depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2011.

/ATS