Les pourparlers sur la Syrie ont repris à Genève

Les pourparlers sur la Syrie ont repris à Genève, trois semaines après les précédentes discussions ...
Les pourparlers sur la Syrie ont repris à Genève

Les pourparlers sur la Syrie ont repris à Genève

Photo: Keystone

Les pourparlers sur la Syrie ont repris à Genève, trois semaines après les précédentes discussions. L'émissaire adjoint de l'ONU Ramzy Ezzeldin Ramzy a rencontré jeudi le gouvernement, au début d'une nouvelle série qui est censée entrer davantage dans le concret.

La transition politique a été abordée, a expliqué devant la presse le président de la délégation du HCN Nasr al-Hariri. Elle sera discutée plus en détail dès la relance formelle des négociations indirectes vendredi, dirigée par l'émissaire Staffan de Mistura qui sera rentré d'Ankara.

Les parties doivent évoquer la gouvernance, une nouvelle Constitution, des élections contrôlées par l'ONU et la lutte contre le terrorisme. Ces quatre 'paniers' avaient été établis il y a trois semaines, au terme de moins de dix jours de négociations indirectes.

Le HCN ne souhaitait pas que la lutte contre le terrorisme soit ajoutée aux trois composantes de la transition politique. Fort de ses avancées sur le terrain, le gouvernement avait pu obtenir que cette revendication soit entendue. De même que celle sur une discussion 'en parallèle' sur les quatre thématiques.

HCN favorable à des réunions directes

Depuis son retour à Genève, le HCN a à nouveau demandé des discussions directes avec le gouvernement. Lors de la précédente série de négociations, M. de Mistura avait admis que ce scénario n'était pas encore possible.

'Nous sommes ici pour avoir une avancée rapide' sur la transition politique, a indiqué M. al-Hariri. Mais ces opposants souhaitent toujours le départ du président Bachar al-Assad, demande que le gouvernement rejette.

Autre problème pour le HCN, il doit faire face aux groupes dits du Caire et de Moscou considérés comme plus proches du gouvernement. Malgré des réunions entre elles il y a trois semaines à Genève, ces entités n'ont pas réussi à dépasser leurs divisions pour afficher une délégation unie comme le souhaitent plusieurs acteurs.

Depuis trois semaines, M. de Mistura a mené de nombreuses consultations. Après Riyad le week-end dernier, il a enchaîné cette semaine sur Ankara et Moscou, alors que la Russie a confirmé son rôle prépondérant dans le processus politique.

Les discussions de Genève sont prévues pour un peu plus d'une semaine. M. de Mistura doit ensuite s'exprimer à nouveau devant le Conseil de sécurité avant mi-avril.

/ATS
 

Actualités suivantes