L'ONU appelle les donateurs à « mettre fin » à la crise des Rohingyas

Il faut une solution aux raisons qui ont fait fuir des centaines de milliers de Rohingyas musulmans ...
L'ONU appelle les donateurs à « mettre fin » à la crise des Rohingyas

L'ONU appelle les donateurs à

Photo: KEYSTONE/EPA KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Il faut une solution aux raisons qui ont fait fuir des centaines de milliers de Rohingyas musulmans de Birmanie au Bangladesh. Au début d'une réunion de donateurs lundi à Genève, l'ONU a appelé à un financement d'urgence face à une crise 'loin d'être terminée'.

'Nous avons besoin de davantage d'argent pour maintenir le rythme' de l'aide face à l'arrivée de quelque 600'000 réfugiés en près de deux mois, a dit le chef des affaires humanitaires de l'ONU Mark Lowcock, au début de la conférence. Plus de 300'000 personnes avaient rejoint les camps de Cox's Bazar lors de précédentes vagues de violences.

L'ONU demande 434 millions de dollars (427 millions de francs) pour aider les Rohingyas, dont certains ont été victimes d'exécutions, de torture ou de viols en Birmanie. Les organisateurs de la réunion, l'Union européenne et le Koweït, ont promis à eux deux l'équivalent de 50 millions supplémentaires. La Suisse est emmenée par le délégué du Conseil fédéral aux affaires humanitaires Manuel Bessler.

Plus de 580'000 Rohingyas qui sont arrivés ont eu accès à de la nourriture, à de l'eau potable ainsi qu'à des mesures d'hygiène qui ont été prodiguées à 370'000 personnes et une assistance sanitaire à près de 280'000 réfugiés. La vaccination, notamment face aux risques de choléra, doit éviter 'une crise dans la crise', selon M. Lowcock.

Plus de 2 millions de la Chaîne du Bonheur

'La situation demande de nous tous une réponse sans parallèle', a estimé de son côté le directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) William Lacy Swing, de retour du Bangladesh. M. Lowcock a réitéré l'appel du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres de mettre un terme aux violences et aux abus mais aussi de garantir un accès à l'Etat de Rakhine, en Birmanie, ainsi qu'un retour 'sûr et volontaire' pour les Rohingyas.

La question de la citoyenneté pour des personnes considérées comme apatrides par le gouvernement birman, attitude ciblée par le Bangladesh, doit être résolue, a répété le Haut commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi. 'La rapidité et la dimension' de cette crise de réfugiés 'a peu de précédents', a-t-il dit.

Sans une solution durable en Birmanie, 'nous ne verrons pas un terme prochainement' à cette situation. 'Les Rohingyas ont souffert depuis trop longtemps', a renchéri par vidéo le commissaire européen à l'aide humanitaire Christos Stylianides. Et le représentant du Bangladesh a souligné, lui, que des abris pour 150'000 familles étaient prévus.

Lundi, la Chaîne du Bonheur a indiqué avoir récolté pour le moment 2,3 millions de francs. Elle travaille avec une dizaine d'ONG actives au Bangladesh.

/ATS
 

Actualités suivantes