Gouvernement dominé par l'armée et la vieille garde de la Zanu-PF

Le nouveau chef de l'Etat zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a dévoilé son gouvernement. Il y a ...
Gouvernement dominé par l'armée et la vieille garde de la Zanu-PF

Gouvernement dominé par l'armée et la vieille garde de la Zanu-PF

Photo: KEYSTONE/AP/TSVANGIRAYI MUKWAZHI

Le nouveau chef de l'Etat zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a dévoilé son gouvernement. Il y a recyclé la vieille garde au pouvoir depuis 1980 et confié des postes clés à des militaires qui ont joué un rôle clé dans son accession à la présidence.

Aucun membre de l'opposition ne figure dans le premier gouvernement Mnangagwa, ancien bras droit de Robert Mugabe, qui a démissionné de la présidence le 21 novembre sous la pression de l'armée, de la rue et de son parti, la Zanu-PF. Des militaires de haut rang, ainsi que le chef des anciens combattants, se sont vu remercier pour leurs bons et loyaux services envers le nouveau président.

Le général Sibusiso Moyo, qui avait annoncé en plein nuit mi-novembre à la télévision le coup de force militaire, s'est vu confier l'un des postes les plus prestigieux au sein du gouvernement, celui des Affaires étrangères.

Le général Perence Shiri, chef de l'armée de l'air, a hérité du portefeuille de l'Agriculture. Un ministère clé dans un pays à l'économie en ruines.

Quant au chef de l'association des anciens combattants, Chris Mutsvangwa, qui avait mobilisé la population contre le régime Mugabe, il a décroché le stratégique ministère de l'Information.

Sans la faction rivale

Le président Mnangagwa a aussi rappelé plusieurs anciens ministres de Robert Mugabe. Patrick Chinamasa retrouve le ministère des Finances qu'il avait perdu en octobre lors d'un remaniement. Obert Mpofu conserve lui le ministère de l'Intérieur, et Kembo Mohadi celui de la Sécurité.

L'annonce du nouveau gouvernement a douché les espoirs de changement de la population, après trente-sept ans de régime Mugabe.

Si le président Mnangagwa a conservé dans son gouvernement la vieille garde de la Zanu-PF, il a toutefois pris soin de se débarrasser de la faction rivale au sein du parti qui soutenait l'épouse de Robert Mugabe.

Grace Mugabe, qui ambitionnait de remplacer son mari âgé de 93 ans, était devenue un frein dans l'ascension d'Emmerson Mnangagwa, au point de provoquer l'intervention de l'armée mi-novembre.

Sans surprise

Le principal parti d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a accueilli sans surprise le nouveau gouvernement.

L'opposition s'était pourtant mobilisée pour faire tomber Robert Mugabe, âgé de 93 ans: elle était descendue dans la rue et avait prévu de voter la motion de destitution du président, pendant les quinze jours qui ont finalement abouti à la démission du plus vieux chef de l'Etat au monde.

/ATS
 

Actualités suivantes