Damas s'acharne contre la Ghouta orientale, l'ONU très inquiète

Des bombes et des barils d'explosifs ont à nouveau ciblé dans la nuit de mardi à mercredi la ...
Damas s'acharne contre la Ghouta orientale, l'ONU très inquiète

Damas s'acharne contre la Ghouta orientale, l'ONU très inquiète

Photo: KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA

Des bombes et des barils d'explosifs ont à nouveau ciblé dans la nuit de mardi à mercredi la Ghouta orientale, près de Damas. Les avions du régime ont aussi visé plusieurs localités à proximité. L'ONU se dit 'profondèment préoccupée'.

Une centaine d'obus ont été tirés sur la région et ces nouvelles frappes ont coûté la vie à au moins dix civils, dont trois enfants, et fait plus de 200 blessés, a précisé mercredi l'Observatoire syrien des doits de l'Homme (OSDH), une ONG qui jouit en Syrie d'un large réseau de sources et de corresponsants.

Outre des bombes, les avions ont largué des barils d'explosifs sur les localités d'Arbine et de Aïn Tourma, une arme qui tue aveuglèment et dont l'utilisation est dénoncée par l'ONU.

Dans les hôpitaux non touchés par les frappes, les lits manquent et les blessés sont soignés à même le sol. Dans un hôpital de Douma, une infirmière a raconté l'admission mardi d'une femme enceinte de six mois, retirée des décombres. 'Elle était grièvement blessée. Nous avons déclenché un accouchement par césarienne, mais ni l'enfant ni la mère n'ont pu être sauvés', a indiqué l'infirmière.

A quelques mètres, un homme portait dans ses bras la fille de ses voisins, décédée sous les ruines d'un immeuble effondré à Douma. 'Quel crime cette fille a-t-elle commis ?' répétait cet homme à tue-tête, alors que le sort de sa propre famille restait inconnu.

Opération terrestre

Le régime du président Bachar al-Assad cherche à reprendre la Ghouta, d'où les rebelles tirent des obus sur la capitale. Cette zone est le dernier bastion contrôlé par les rebelles près de Damas.

Selon le quotidien Al-Watan, proche du régime syrien, les frappes 'sont un prélude à une opération d'envergure (terrestre), laquelle peut commencer à tout moment'.

Le régime a en outre réussi à reprendre plusieurs localités rebelles des environs de Damas, en vertu d'accords dits de 'réconciliation' qui se traduisent par l'évacuation des combattants en échange de la fin des bombardements et des sièges.

Depuis le début dimanche de la nouvelle campagne aérienne contre l'enclave de la Ghouta orientale où sont assiégés 400'000 habitants, plus de 270 civils, dont près de 67 enfants, ont été tués et des centaines blessés, selon le dernier décompte de l'OSDH.

Frictions turco-syriennes à Afrin

La Turquie a de son côté continué de bombarder avec la même intensité la région d'Afrin, où des milices pro-Assad étaient entrées pour prêter main-forte aux forces kurdes, a rapporté l'OSDH.

D'après le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan, un convoi de 40 à 50 véhicules transportant des forces pro-gouvernementales syriennes a dû rebrousser chemin sous les tirs d'artillerie de l'armée turque et de l'Armée syrienne libre (ASL).

Ibrahim Kalin, porte-parole de M.Erdogan, a déclaré mercredi que toute tentative des forces syriennes pour entrer dans la zone d'Afrin, région frontalière avec la Turquie, aurait de 'graves conséquences'. Ankara veut chasser de cette zone les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), que la Turquie considère comme terroristes.

Protéger les civils

Les bombardements de civils 'doivent maintenant cesser', a déclaré le coordinateur de l'ONU pour l'aide humanitaire en Syrie, Panos Moumtzis. Pour le Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef), 'aucun mot ne rendra justice aux enfants tués, à leurs mères, leurs pères, et à ceux qui leur sont chers'.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres s'est déclaré pour sa part 'profondément inquiet' devant l'escalade dans la Ghouta orientale, et 'son impact dévastateur sur les civils', a rapporté mercredi le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

M. Guterres a appelé toutes les parties à respecter les principes fondamentaux du droit humanitaire, notamment sur la protection des civils pendant les conflits armés, a-t-il ajouté.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus