Afghanistan: nombre record de civils tués en au premier semestre (ONU)

Le nombre de civils tués en Afghanistan a atteint des records au premier semestre 2018, malgré ...
Afghanistan: nombre record de civils tués en au premier semestre (ONU)

Afghanistan: nombre record de civils tués en au premier semestre (ONU)

Photo: KEYSTONE/EPA/WATAN YAR

Le nombre de civils tués en Afghanistan a atteint des records au premier semestre 2018, malgré un cessez-le-feu de trois jours en juin. L'ONU s'inquiète de la hausse du nombre d'attentats-suicide revendiqués par le groupe Etat islamique (EI).

Le rapport de la Mission d'assistance des Nations unies à l'Afghanistan (Manua) fait état de 1692 civils tués, dont un peu plus de la moitié (52%) dans des attentats-suicide revendiqués par l'EI. Ces statistiques couvrent la période du 1er janvier au 30 juin.

Le groupe djihadiste apparu début 2015 dans la province du Nangarhar, frontalière du Pakistan, en a fait sa base arrière. Même si les forces américaines ont accentué la pression pour le chasser de ses bastions, il est toujours présent.

Les talibans sont quant à eux responsables de la mort de 40% du nombre de civils tués. Ils ont conclu une trêve avec le gouvernement afghan pour les festivités de l'Aïd el Fitr. 'Ce bref cessez-le-feu a montré que les combats pouvaient être arrêtés et que les civils afghans n'ont plus à faire les frais de cette guerre', a déclaré Tadamichi Yamamoto, un responsable de la Manua.

Bombardements en cause

La capitale Kaboul et la province du Nangarhar, dans l'est, ont été les plus touchées. Le 30 avril, un double attentat-suicide au milieu des reporters accourus pour couvrir une première explosion visant le siège des renseignements afghans dans la capitale a fait 25 morts, dont neuf journalistes.

Dans le Nangarhar, le nombre de victimes civiles a pratiquement doublé en un an (304 morts, 607 blessés) du fait des attentats, y compris durant le cessez-le-feu dont l'EI était exclu.

Les combats terrestres entre les forces gouvernementales et les groupes armés sont la principale cause de mortalité et de blessures dans la population afghane, avec 360 morts et 1134 blessés. Ces chiffres sont toutefois en baisse de 18% sur la même période l'an dernier.

Les bombardements aériens ont entraîné une forte hausse du nombre de victimes civiles, avec 149 morts et 204 blessés. Plus de la moitié des victimes sont imputables aux forces afghanes (52%) et 45% aux forces militaires internationales. L'inquiétude d'une hausse des violences gagne du terrain à l'approche des élections législatives prévues en octobre.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus