Attaque-suicide contre une école de police en Somalie: au moins 18 morts

Au moins 18 policiers somaliens ont été tués dans un attentat-suicide perpétré jeudi matin ...
Attaque-suicide contre une école de police en Somalie: au moins 18 morts

Attaque-suicide contre une école de police en Somalie: au moins 18 morts

Photo: KEYSTONE/AP/FARAH ABDI WARSAMEH

Au moins 18 policiers somaliens ont été tués dans un attentat-suicide perpétré jeudi matin dans une école de police à Mogadiscio, a annoncé un commandant des forces de l'ordre. L'attaque a été revendiquée par les islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda.

Quinze policiers ont également été blessés, a déclaré à des journalistes le général Muktar Hussein Afrah, chef de la police. Un précédent bilan faisait état de treize policiers tués.

Selon des témoins, un homme déguisé en policier et portant une ceinture d'explosifs est entré dans le camp alors que les policiers s'étaient rassemblés sur une place ouverte pour leur parade matinale. L'assaillant 'aurait pu faire plus de victimes s'il était parvenu à se rendre au milieu, à l'endroit où il y avait le plus de monde', a ajouté le commandant Ibrahim Mohamed.

Un témoin, Hussein Ali, a raconté que 'certains des policiers étaient déjà en rangs, d'autres étaient en train d'arriver quand l'homme déguisé en policier est entré et s'est fait exploser'. 'Les ambulances ont emporté les morts et les blessés'.

'Apostats' visés

Les islamistes shebab, coutumiers de ce genre d'attaque et qui prennent régulièrement pour cible les forces de police, ont revendiqué l'attaque. Ils ont affirmé dans un communiqué avoir fait 27 victimes, 'dont des officiers apostats gradés'.

Les shebab ont juré la perte du fragile gouvernement central somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 22'000 hommes de la force de l'Union africaine (Amisom).

Ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011 et ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, souvent dans la capitale, et contre des bases militaires, somaliennes ou étrangères.

/ATS
 

Articles les plus lus