Attentat de Paris: l'auteur « assume » et dit « avoir agi seul »

L'auteur de l'attentat samedi près de la tour Eiffel 'assume et revendique totalement son geste' ...
Attentat de Paris: l'auteur « assume » et dit « avoir agi seul »

Attentat de Paris: l'auteur

Photo: KEYSTONE/AP/Christophe Ena

L'auteur de l'attentat samedi près de la tour Eiffel 'assume et revendique totalement son geste' lors de sa garde à vue toujours en cours lundi, et 'tout laisse à penser' qu'il a 'agi seul', selon une source proche de l'enquête.

Armand Rajabpour-Miyandoab, un Franco-Iranien de 26 ans qui a fait allégeance au groupe Etat islamique (EI), dit avoir agi en 'réaction à la persécution des musulmans dans le monde'. Il apparaît 'très froid', 'clinique' et 'désincarné', a ajouté cette source.

Cette attaque au couteau, à quelques mois des Jeux olympiques d'été dans la capitale française (26 juillet-11 août), vient étayer les craintes des services de renseignement sur un risque d'importation en France de la guerre Israël/Hamas, qu'ils considèrent comme un 'facteur aggravant de la menace terroriste' pesant sur le pays.

Le compte X (ex-Twitter) d'Armand Rajabpour-Miyandoab ouvert début octobre comportait 'de nombreuses publications sur le Hamas, Gaza et plus généralement la Palestine', selon le procureur antiterroriste Jean-François Ricard. Dans une vidéo publiée avant son passage à l'acte, il a fait allégeance au groupe EI, apportant notamment 'son soutien aux djihadistes agissant dans différentes zones', a-t-il précisé.

Autorités sous pression

Il avait été interpellé après l'attaque qui a causé la mort d'un jeune touriste germano-philippin et blessé deux autres personnes, samedi vers 21h30 à proximité du pont de Bir-Hakeim.

L'exécutif est sous pression après cet attentat survenu moins de deux mois après celui d'Arras (nord de la France), qui a coûté la vie à un enseignant mi-octobre et conduit au relèvement du plan Vigipirate au niveau maximal 'urgence attentat'.

L'assaillant et un membre de son entourage étaient toujours en garde à vue lundi en début de soirée, celle de ses parents ayant été levée. La garde à vue du Franco-Iranien pourrait durer jusqu'à mercredi soir, s'agissant d'une enquête antiterroriste.

'Ratage psychiatrique'

'Il y a eu manifestement un ratage psychiatrique, les médecins ont considéré à plusieurs reprises qu'il allait mieux', a dit le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur BFMTV à propos du jeune homme, radicalisé depuis 2015 et soumis à une injonction de soins impliquant un suivi psychiatrique resserré et contrôlé par un médecin coordinateur.

Le procureur Ricard avait indiqué dimanche soir que l'assaillant, fiché pour radicalisation islamiste, était 'soumis à une injonction de soins impliquant un suivi psychiatrique resserré et contrôlé par un médecin coordinateur' jusqu'à la fin de la mise à l'épreuve le 26 avril 2023, après une nouvelle expertise psychiatrique.

'Il y a quelqu'un de malade mentalement, qui ne prend plus de médicaments pour soigner ses délires et qui passe à l'acte incontestablement. Il faut réfléchir à tout ça pour protéger les Français', a insisté le ministre de l'Intérieur.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la mère du suspect avait indiqué en octobre à la police qu'elle s'inquiétait pour son fils, voyant qu'il 'se repliait sur lui-même', a rapporté dimanche M. Ricard. Les services de police avaient alors tenté de le faire examiner par un médecin et hospitaliser d'office, chose finalement impossible en l'absence de troubles, selon une source proche du dossier.

'Lieu symbolique'

Selon un source proche de l'enquête, l'assaillant dit avoir choisi de mener son attaque près de la tour Eiffel parce que c'est un 'lieu symbolique' et 'qu'il n'a pas supporté qu'elle soit allumée aux couleurs d'Israël'.

Sur le parvis de la résidence de Puteaux, dans l'ouest parisien, où Armand Rajabpour-Miyandoab a grandi, on se souvient d'un enfant du quartier 'discret', 'un petit qui a grandi ici, qui a vrillé', témoigne 'Panthère', un homme de 32 ans qui a requis l'anonymat. 'Issu d'une famille sans aucun engagement religieux', selon une source proche de l'enquête, il s'est converti à l'islam à 18 ans et a 'très rapidement' versé dans 'l'idéologie djihadiste'.

Il avait été condamné à cinq ans de prison pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme, après un projet d'action violente à La Défense, quartier des affaires à l'ouest de Paris, en 2016. Il était sorti en mars 2020 de prison.

Environ 5200 personnes sont connues pour radicalisation en France en selon une source au sein du renseignement, qui précise que 20% d'entre eux ont des troubles psychiatriques.

/ATS
 

Actualités suivantes