Au moins 13 civils tués dans un nouveau massacre près de Beni

Au moins 13 civils ont été tués dans un nouveau massacre attribué au groupe armé des ADF près ...
Au moins 13 civils tués dans un nouveau massacre près de Beni

Au moins 19 civils ont été tués dans un nouveau massacre attribué au groupe armé des ADF près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi auprès des Nations unies et d'un responsable local.

L'ONU a par ailleurs annoncé l'ouverture d'une enquête sur la mort d'un manifestant congolais tué lors d'un face à-face avec des Casques bleus mardi. Le dernier massacre a eu lieu à 30 km au nord de Beni, à l'entrée d'une zone appelée 'le triangle de la mort' en raison des tueries qui s'y déroulent depuis plusieurs années.

'Bilan revu à la hausse. 19 morts', a indiqué un porte-parole de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco), qui avait auparavant documenté 13, puis 14 victimes. La Monusco 'a envoyé dès ce (mercredi) matin une force d'intervention rapide avec des militaires congolais', a-t-il ajouté.

Le bilan a été confirmé par les chercheurs du Groupe d'études sur le Congo (GEC) de l'université de New York. Au total 99 personnes ont été tuées dans la région de Beni par des groupes armés depuis le 5 novembre, d'après le comptage du GEC.

Manifestations anti-ONU

Les auteurs des tueries sont dans 'l'immense majorité des cas' des membres du groupe d'origine ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF), d'après un membre du GEC. La région de Beni est agitée depuis une semaine par des manifestations anti-ONU qui ont fait au moins six morts depuis lundi.

Les manifestants reprochent aux Casques bleus de la Monusco basés dans la région d'assister 'passivement' aux massacres des civils. L'armée congolaise a annoncé le 30 octobre des opérations militaires contre les bases des ADF dans la région de Beni.

La présidence congolaise a annoncé lundi des opérations militaires conjointes avec les Casques bleus de la Monusco dans la région.

A Genève, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a appelé mercredi les acteurs liés aux violences à Beni 'à la retenue' et à ne pas cibler les civils, ni les centres et le personnel de santé. Il soutient les infrastructures médicales dans la région et a pris en charge depuis une semaine plus de 30 blessés.

Le CICR distribue également des médicaments et du matériel médical.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus